Publié le vendredi 25 juin 2010

Lendemain de match avec le Psalmiste ( Ps 44)

Psaume des supporters déçus

O Dieu, nous avons ouï de nos oreilles,
nos pères nous ont raconté
l’œuvre que tu fis de leurs jours,
aux jours d’autrefois, et par ta main.

Qu’ils sont lointains ces jours fastueux
où du Monde nous avions la coupe
unissant en fière fraternité
la victoire partagée des buts marqués.

C’est toi, mon Roi, mon Dieu,
qui décidais les victoires de Jacob :
par toi, nous enfoncions nos oppresseurs,
par ton nom, nous piétinions nos agresseurs.

Oui, bien unie, notre équipe jouait collectif
enfonçant les joueurs adverses. ;
mais la victoire nous a instillé une superbe amère.

Et pourtant, tu nous as rejetés et bafoués,
tu ne sors plus avec nos armées ;
tu nous as fait reculer devant l’oppresseur,
nos ennemis ont pillé à cœur joie.

Nous n’avons pas mis notre confiance en toi
mais notre espoir en Baal et en Mammon.
l’euro en millions, la morgue de la notoriété
nous ont starisés… étoiles filantes !

Tu fais de nous la risée de nos voisins,
fable et moquerie de notre entourage ;
tu fais de nous le proverbe des nations,
hochement de tête parmi les peuples.

Retranchés dans l’autobus
refusant l’entrainement aux buts
nous avons boycotté la mise en jambe
espérant une victoire allant de soi.

Tout le jour, mon déshonneur est devant moi
Sous les clameurs d’insulte et de blasphème
au spectacle de la haine et de la vengeance.

Elle est venue l’heure du grand déballage
chacun , en juge, donnera son verdict
les médias friands de sensations
de tous les mensonges donneront la leçon.

Réveille-toi, pourquoi dors-tu, Seigneur ?
Oublies- tu notre oppression, notre misère ?
Debout, viens à notre aide,
Rachète-nous en raison de ton amour.

C’est juré, en jeu il faut raison garder
ne pas se fier qu’à la sanction du score
mais célébrer l’entente du jeu d’équipe
et avec fair-play respecter les règles.

Alors cimbales et vuvuzelas rythmeront
nos vivats et cris de joie ;
Amen.

Voir en ligne : Psaume 44.