Samedi 2 mai 2015 — Dernier ajout mardi 2 juin 2015

Commentaire de l’Evangile Enregistrer au format PDF

Vendredi 20 juillet 2018, le vendredi de la 15e semaine du temps ordinaire

Le maître du sabbat

Aphraate (?-v. 345), moine et évêque près de Mossoul
Les Exposés, n°13, 1-2.13 (trad. cf SC 359, p. 589s)

Par l'intermédiaire de Moïse son serviteur, le Seigneur a demandé aux fils d'Israël d'observer le sabbat. Il leur a dit : « Pendant six jours, tu feras ton travail mais le septième jour est un sabbat, un jour de saint repos pour le Seigneur ton Dieu » (Ex 20,9)... Il les a avertis : « Tu te reposeras, toi, ton serviteur, ta servante, tes bœufs et ton âne ». Il a même ajouté : « Le mercenaire et l'étranger se reposeront également ainsi que toute bête qui peine à ton service » (Ex 23,12)... Le sabbat n'a pas été imposé comme une épreuve, un choix entre la vie et la mort, entre la justice et le péché, comme les autres préceptes par lesquels l'homme peut vivre ou mourir. Non, le sabbat, en son temps, a été donné au peuple en vue du repos –- non seulement des hommes mais des bêtes aussi... Écoute maintenant quel est le sabbat qui plaît à Dieu. Isaïe l'a dit : « Donnez du repos à ceux qui sont accablés » (28,12). Et ailleurs : « Ceux qui gardent le sabbat sans le profaner, ce sont ceux qui sont réconfortés par mon alliance et choisissent ce qui me plaît » (56,4)... Le sabbat n'est d'aucun profit pour les méchants, les assassins, les voleurs. Mais ceux qui choisissent ce qui plait à Dieu et gardent leurs mains du mal, en ceux-là Dieu habite ; il fait d'eux sa demeure selon sa parole : « J'habiterai en eux et je marcherai au milieu d'eux » (Lv 26,12; 2Co 6,16)... Nous donc, gardons fidèlement le sabbat de Dieu, c'est-à-dire ce qui plaît à son cœur. Nous entrerons ainsi dans le sabbat du grand repos, le sabbat du ciel et de la terre où toute créature se reposera.