Samedi 17 février 2018

Homélie du mercredi 14 février 2018 - Etables sur Mer Enregistrer au format PDF

Des jeux olympiques d’hiver à la joie de Pâques

Des jeux olympiques d’hiver à la joie de Pâques.

Homélie pour le mercredi des cendres (14.02.2018) – Paroisse d’Étables sur Mer Des jeux olympiques d’hiver à la joie de Pâques

Depuis vendredi dernier, nous pouvons vivre les événements sportifs au rythme des jeux olympiques d’hiver qui se déroulent en Corée du Sud. Ces athlètes, ces sportifs qui y participent arrivent à ces jeux après de nombreux mois, de nombreuses années, de préparation, d’entraînement, d’efforts. Ils voient leurs efforts récompensés lorsqu’ils décrochent une victoire, une médaille, même si l’essentiel reste d’y participer.

Et nous, ce soir, nous entrons en Carême. 40 jours pour nous préparer à vivre la fête de Pâques. 40 jours pour nous mettre dans les pas de Jésus et redécouvrir le mystère et le cœur de notre foi : le passage de la mort à la résurrection, des ténèbres à la lumière.

Ainsi, le carême est un véritable temps d’entraînement. Et pour s’entraîner à vivre de la vie de Jésus mort et ressuscité, 3 moyens nous sont proposés :

  • le jeûne
  • la prière
  • l’aumône.

Et ces 3 moyens sont à tenir ensemble. Il ne s’agit pas de faire un choix mais d’articuler les 3.

Le jeûne est une autre manière de mettre en pratique ce commandement de Jésus : s’aimer soi-même. C’est un effort envers moi-même. Par exemple, pendant le carême je vais déconnecter de mon téléphone, de mon ordinateur ou de la télé, pendant 30 minutes pour vivre autrement le repas du soir en famille et de se donner la chance de se parler, de s’écouter, de communiquer. Ce peut être aussi le désir de me donner des moyens pour mieux me connaître, de mieux prendre soin de mon corps et de mon esprit…

La prière est cette manière de mettre en pratique ce commandement de Jésus : aimer Dieu. Il s’agit de donner, un temps pour Dieu, dans ma journée ou en soirée. Par la prière personnelle et aussi par la prière communautaire. Prendre du temps pour Dieu pour le laisser me rejoindre dans le brouhaha du quotidien, pour apprécier le silence, pour l’écouter, pour le méditer.

L’aumône est cette manière de mettre en pratique ce commandement de Jésus : aimer son prochain. Mon prochain, je n’ai pas à le chercher, c’est celui qui est proche de moi chaque jour :

En famille, à l’école, au travail, dans les loisirs, dans mon quartier, ma commune. Il s’agit de prendre soin des uns et des autres et de porter un regard positif et d’amour sur celui qui me semble étranger. Il s’agit de vivre en société en permettant à chacun d’exister et d’être respecté.

Ainsi, le carême se résume à : « Aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même ».

Sur la paroisse d’Étables, nous pourrons vivre ce commandement de l’amour, en participant à la journée d’Écoute, prière, Réconciliation du samedi 24 mars ; en continuant en groupe de caté à découvrir le message de Jésus ; en participant aux eucharisties dominicales ; en soutenant l’association fraternel sud-goëlo dans son action d’accueil des migrants et des réfugiés ; en soutenant le CCFD/terre Solidaire dans son action de développement et de lutte contre la faim, à la fois dans d’autres pays et chez nous ; en soutenant le Secours Catholique dans ces différents projets pour accompagner dignement les personnes en situation de précarité, en continuant de participer aux rencontres de la parole de partagée, en participant aux conférences de Carême proposées le dimanche soir à Saint-Brieuc sur le thème de la famille, en participant aux débats sur les états généraux de la bioéthique.

Nous le voyons, les propositions ne manquent pas et peuvent s’étoffer.

Aussi, en recevant tout à l’heure les cendres sur notre front nous entendrons cette parole du Christ : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile ! ». Les cendres sont le signe de la poussière qui demeure quand tout le reste à brûler. Mais sous les cendres, nous pouvons y trouver de la braise qui attend un nouveau feu. Quelle sera aujourd’hui ma décision pour bien vivre ce carême, non comme un sacrifice, ni comme une habitude qui revient chaque année, mais comme un entraînement à la vie selon l’Esprit, pour arriver à Pâques dans la joie et avec un cœur transformé, comme de vrais sportifs de Dieu ?

Documents à télécharger