Dimanche 11 mars 2018 — Dernier ajout lundi 12 mars 2018

Homélie pour les obsèques de Michel Ruellan – 108e année

Église St Pierre - Plérin - Samedi 10 mars 2018

Pour accompagner Michel sur la rive de l’éternité, deux idées ont retenu mon attention dans les textes bibliques que nous venons d’entendre et qui ont été retenus par la famille.

Évangile de Jésus-Christ selon St Jean 6 : Le pain de la Vie

Frères et sœurs, chers amis,

Pour accompagner Michel sur la rive de l’éternité, deux idées ont retenu mon attention dans les textes bibliques que nous venons d’entendre et qui ont été retenus par la famille.

Tout d’abord : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi, et moi, je demeure en lui. » (Jn6)

Jésus vient de nourrir une foule nombreuse, une foule anonyme et, quelque peu, affamée sur les bords des rives du lac de Tibériade. Pour que notre corps puisse tenir debout, puisse se développer et que notre esprit puisse être en capacité de donner, de penser et de créer, notre corps a besoin de nourriture, de calories, de vitamines, d’eau. Mais, Jésus veut signifier aussi que l’être humain, pour avancer dans la vie et donner sens à son existence, a besoin d’une nourriture spirituelle, d’une nourriture qui rassasie l’âme et le cœur. Ainsi, communier au Corps et au Sang du Christ, à ce Corps livré et à ce Sang versé, c’est laisser Dieu faire sa demeure en nos vies d’hommes et de femmes, c’est laisser Dieu, en son Fils Jésus, nous rejoindre au plus profond de notre être. C’est laisser Dieu nous rejoindre pour tisser avec nous une relation d’éternité. Mais cette communion qui est union à la vie divine du Christ n’est nullement un enfermement, un retrait du monde, un repli sur soi. Elle est une invitation à se tourner vers les autres, à vivre, à temps et contretemps, la charité, autrement dit à mettre en pratique cette loi de vie : « Aimer son prochain comme soi-même. » Michel a développé tout au long de son existence, une relation privilégiée et particulière avec le Christ Jésus. Jésus était pour lui, l’un de ses compagnons de route, devenu un ami intime qui à la fois, le mettait toujours dans une attitude d’accueil pour méditer quotidiennement la Parole de Dieu et recevoir au creux de ses mains ouvertes et fragiles, le corps du Christ, signe parfait de l’amour donné gratuitement ; et en même temps, dans un attitude de don parce que cette relation intime lui donnait l’élan nécessaire pour se tourner vers les autres, pour les accueillir avec écoute et respect, pour les aider dans le besoin, pour les rencontrer avec bienveillance, pour vivre avec sa famille, ses proches et ses amis de véritables moments de convivialité et de fraternité, pour transmettre à ses contemporains une parole éclairée sur les textes bibliques notamment à la résidence des Ajoncs d’or où, pendant de nombreuses années, il a assuré le commentaire de l’Évangile lors des célébrations de la Parole. Aujourd’hui, en accomplissant la Pâque, en passant avec le Christ de la mort à la Vie éternelle, c’est Celui qu’il a aimé, servi, qui porte désormais le tablier du Serviteur pour le recevoir à sa table où il est convié à demeurer pour toujours.

Ma seconde idée trouve son fondement dans cette parole du livre de l’Ecclésiaste : « Dieu fait toute chose belle en son temps » (Ecclésiaste 3)

La longue vie de Michel a été une vie bien remplie. C’est une vie de bénédiction. Depuis sa naissance dans la Meuse jusqu’à son dernier soupir dans sa maison de la rue des sports à Plérin, Michel n’a cessé de se laisser porter par les événements de la vie en y discernant la trace, la volonté de Dieu, en qui il avait une confiance indéfectible. Cette vie a été remplie par l’amour vécu avec son épouse Juliette, par le don de la vie à leurs 2 enfants (Jean-Yves et Monique), par l’accueil des petits-enfants et des arrière-petits-enfants. Cette vie a été remplie pour son engagement militaire lors de la seconde mondiale et la participation à la libération de notre pays, par cet élan d’espérance pour sortir du joug de l’horreur et de la barbarie. Cette vie a été remplie par une vie professionnelle exercée à Brest, puis à Dieppe et à Enghien les Bains, dans cette activité délicate que sont les ressources humaines parce qu’elle requiert écoute, doigté, diplomatie et gestion de l’humain, et donc de personnes, en tenant compte des compétences et des charismes de chacun. Cette vie a été remplie par une vie de retraité paisible, s’émerveillant devant les petits plaisirs de la vie, que ce soit la contemplation de la beauté des paysages par des marches le long de la mer notamment les couchers de soleil à Tournemine, par des moments de convivialité et d’amitié vécus dans la maison de St Laurent, par la volonté de rendre service et de mettre en acte le partage et la générosité. Cette vie a été remplie par la curiosité, en ne cessant d’être au diapason de l’actualité, en appréciant la lecture, en recherchant toujours à se cultiver, dans une volonté d’apprendre, de comprendre, de connaître : une passion qu’il avait eu la joie d’entretenir avec sa sœur philosophe. Même quand les forces physiques de Michel s’amoindrissaient, je discernais chez lui, une lumière, une lueur de vie qui donnait à penser : Je suis toujours connecté ; je suis toujours vivant ; mon œil vif est toujours en alerte, lui qui confiait facilement cette parole avec humour : « J’ai oublié de mourir. »

Frères et sœurs, chers amis, C’est avec toute cette vie, avec ses joies et ses peines, avec ses espoirs et ses tristesses, que Michel fait son entrée dans l’éternité de Dieu. Au moment où nous allons entrer dans la prière de l’Eucharistie – ce mot qui signifie en grec : Merci – nous allons dire Merci à Dieu pour la vie de Michel et pour le témoignage de vie et de foi qu’il nous laisse ; nous allons le confier à ce Dieu de l’Amour et de la Bonté ; nous allons faire mémoire de Jésus-Christ qui a donné librement sa vie par amour et qui nous invite à faire de nos eucharisties des signes vivants, des symboles lumineux de ce que nous sommes appelés à vivre au quotidien : l’entente, la bienveillance, la solidarité et le partage. Que Marie, Notre Dame de la Mer et de l’Espérance, intercède pour nous et nous soutienne dans cette nouvelle étape de notre vie où nous sommes conviés à vivre le présent en apprivoisant jour après jour, la présence de l’Absent.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/plerin-22190/le-doyen-des-bretons-michel-ruellan-est-decede-plerin-l-age-de-107-ans-5608418

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plerin/michel-ruellan-deces-du-doyen-plerinais-08-03-2018-11878689.php

http://www.ville-plerin.fr/Deces-de-Michel-Ruellan-doyen-de#.WqZKPnwiGos

Documents à télécharger