Samedi 15 septembre 2018 — Dernier ajout lundi 17 septembre 2018

L’Evangile du dimanche 16 septembre 2018 Enregistrer au format PDF

« Tu es le Christ … Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup » (Mc 8, 27-35)

24è du T.O.- Is 50, 4-9 ; Jc 2, 14-18 ; Mc8, 27-35.
« Pour vous, qui suis-je ? ». Pierre, au nom des autres disciples fait une belle profession de foi : « Tu es le Christ », Il exprime l’attente du peuple de Dieu d’un messie, d’un envoyé de Dieu, d’un roi qui le conduira dans la justice et la paix. Jésus parle dans sa réponse d’un mystérieux « Fils de l’homme », qui sera rejeté, tué et qui ressuscitera le troisième jour. Pierre refuse une telle identification ; il ne supporte pas, pour le moment, que Jésus puisse souffrir sa passion ; il comprendra plus tard le choix de son maître, le don de sa vie.
Au moment où Marc écrit son évangile, les chrétiens souffraient les persécutions, donnaient leur vie à la suite du Christ. La lumière de la résurrection du Christ a éclairé, fortifié leur foi et celles de tous les martyrs. Relisant le livre d’Isaïe, dont nous entendons aujourd’hui l’un des chants, ils ont vu la figure du Christ dans le serviteur présenté par le prophète, son espérance en la puissance de Dieu, sa victoire sur la mort. Ce n’est pas seulement par des mots que nous pouvons exprimer notre foi, mais en empruntant le chemin du Christ, en risquant notre vie.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 8, 27-35)

En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe.
Chemin faisant, il interrogeait ses disciples :
« Au dire des gens, qui suis-je ? »
Ils lui répondirent :
« Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »
Et lui les interrogeait :
« Et vous, que dites-vous ?
Pour vous, qui suis-je ? »
Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. »
Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.
Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
Jésus disait cette parole ouvertement.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.
Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre :
« Passe derrière moi, Satan !
Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit :
« Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville