Samedi 16 juin 2018 — Dernier ajout mardi 19 juin 2018

L’Evangile du dimanche 17 juin 2018 Enregistrer au format PDF

La graine tombée en terre porte beaucoup de fruit (Jn 12,24)

11èmedimanche du T.O. Ezéc. 17,22-24. / Ps 92(91),2-3.13-14.15-16. / 2 Cor. 5,6-10. / Mc 4,26-34.

Ézéchiel décrit à ses compatriotes déportés la restauration d’Israël comme une renaissance à partir d’un rejeton. Alors que la cime du cèdre a été transplantée en Babylonie (le roi d’Israël et ses cadres), Dieu prendra

de la cime un faible rameau (le Messie) qu’il plantera en Israël. L’espérance continue avec Marc en deux paraboles dites de la croissance. Pour la 1re, la clé de lecture est : « Il ne sait comment ». Le semeur ne maîtrise pas la croissance du grain qui poursuit son développement. Cette posture facilite le passage de l’attente confiante à l’espérance comblée. La 2e parabole insiste sur la modestie des commencements. La graine minuscule contient tout. De même, nos paroles humbles mais créatrices de vie sont parfois perdues dans la cacophonie des avis. Il n’y a pas à s’inquiéter : la parole fait son chemin. Entre les semailles et la récolte, c’est à la terre de travailler, c’est-à-dire nous autres. Ces textes nous invitent à l’espérance car le Royaume peut se révéler par des chemins aussi discrets qu’inattendus. C’est une grande espérance pour ceux qui ne voient pas mûrir la moisson.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 4,26-34

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. » Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville