Samedi 18 août 2018 — Dernier ajout samedi 25 août 2018

L’Evangile du dimanche 19 août 2018

« Ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson »

20è dimanche du T.O. _ Prov. 9,1-6. / Ps 34(33),2-3.10-11.12-13.14-15. / Ephés. 5,15-20. / Jn 6,51-58.

La Sagesse est présentée comme une dame qui habite au cœur du peuple de Dieu et invite à la fête. On se rappelle la parabole de Jésus sur les noces d’un fils de roi. La Sagesse serait donc une image du Fils de Dieu. « Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs ». _ Ils auront accès aux biens du Royaume, décrits sous l’image d’un banquet.
Avec Paul, l’accès à ces biens dépend de consignes à observer. Il invite à vérifier notre manière de marcher avec le Christ : vivez comme des sages ; laissez vous conduire, remplir par l’Esprit Saint ; et que la Parole soit au centre de vos vies. Relions cela à cette parole de Jésus : « Le pain que je donnerai, c’est ma chair pour la vie du monde… ma chair est vraiment nourriture, mon sang est vraiment boisson ». Une nourriture durable, éloignée de la manne du désert. Ce que Jésus a été durant sa vie mortelle -un homme pétri d’amour et de pardon- nous indique le chemin pour être nous-mêmes des artisans d’amour.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,51-58

En ce temps-là, Jésus disait à la foule : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. »
Les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi.
Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. _ Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la villle