Samedi 23 juin 2018 — Dernier ajout vendredi 6 juillet 2018

L’Evangile du dimanche 24 juin 2018 Enregistrer au format PDF

Nativité de saint Jean Baptiste, solennité

« Il faut que lui, il grandisse et que moi, je diminue »

Is 49,1-6. / Ps 139(138),1-2.3b.13-14ab.14cd-15ab. / Act. 13,22-26. / Lc 1,57-66.80.

Jean-Baptiste est issu d’une famille sacerdotale, censée conserver la tradition. Or, voici qu’à sa naissance, sa mère refuse de lui donner le nom du père. Zacharie, sourd et muet, qui n’a pas entendu ce qu’a dit sa femme, atteste : « Son nom est Jean ». D’où l’étonnement des visiteurs devant ce signe d’une intervention divine. « Que sera donc cet enfant ? » Dès ce moment, Jean porte déjà en lui une question qui interdit le monde de se reproduire à l’identique. Il relance la question de l’existence et la ramène à Dieu, fait sortir chaque homme de l’épaisseur de la routine. Jean ira au désert, à la limite de l’humain. Il donnera à son peuple d’être en éveil pour la rencontre et les possibles de Dieu : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? ». Jean-Baptiste occupe dans l’histoire de l’humanité une place incomparable : il sert de trait d’union entre les deux mondes, celui de l’Ancien Testament et le Nouveau ; il ferme la mission des prophètes et ouvre celle des Apôtres. Jean, débroussailleur de chemin pour le Messie, désignait la Lumière qui devait venir : « Je ne suis pas le Christ, mais je suis envoyé devant Lui ».

Bonne fête de la Saint Jean

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,57-66.80

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné. À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui. L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël.

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville