Samedi 25 août 2018 — Dernier ajout samedi 1er septembre 2018

L’Evangile du dimanche 26 août 2018

« Tu as les paroles de la vie éternelle »

21è dimanche du T.O. _ Josué 24,1-2a.15-17.18b. / Ps 34(33),2-3.16-17.18-19.20-21.22-23. / Ephés. 5,21-32. / Jn 6,60-69.

Le récit de Josué relate le moment où les 12 tribus d’Israël sont invitées à professer leur appartenance au Seigneur en excluant toute divinité locale. Comme au Sinaï, où le peuple avait choisi unanimement d’être fidèle à Yahvé, les tribus d’Israël renouvellent leur engagement à servir le Seigneur.
« Soyez soumis les uns aux autres » est un signe, selon St Paul, pour vivre ensemble cet engagement. En comparant la relation entre Jésus et son Eglise et celle du couple homme-femme, Paul nous aide à comprendre le sens de cette soumission qui suppose pour les époux un choix de vie marqué par l’amour réciproque. Avec Jean, les apôtres sont appelés à choisir, comme les tribus d’Israël à Sichem. Beaucoup de disciples abandonnent Jésus, choqués par son discours sur le pain de Vie : allusion au sacrifice nouveau où son être et sa vie seront offerts pour sauver le monde du péché. Pierre répondra au nom des Douze qu’il reconnaît en Jésus le Saint de Dieu. Ils renouvellent leur choix de le suivre mais… cela ne répond pas à la question du don total de soi : le corps et le sang offert pour tous.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,60-69

En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? »
Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit : « Cela vous scandalise ?
Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant !…
C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie.
Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait.
Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »
À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner.
Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.
Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville