Samedi 12 février 2011 — Dernier ajout jeudi 10 février 2011

Le « bébé médicament » : une fausse piste Enregistrer au format PDF

Communiqué des évêques de l’Ouest

8 février 2011 :

Alors que l’Assemblée Nationale a examiné mardi 8 février le projet de loi sur la bioéthique, les évêques de la Province ecclésiastique (Bretagne et Pays de Loire) se sont exprimé le jour même dans un communiqué ci-dessous :

« Vouloir guérir son frère en humanité est à l’honneur de l’homme. Tant de personnes y consacrent leur vie ! Accompagner la souffrance de parents qui ont un enfant gravement malade est un devoir de la société. Nous comprenons leur détresse et leur espoir dans la médecine.

En revanche, légaliser l’utilisation de l’être humain le plus vulnérable pour guérir est indigne de l’homme. Concevoir un enfant pour l’utiliser – même pour soigner – n’est pas respectueux de sa dignité. Que dira l’enfant quand il se découvrira « bébé médicament » ?

Un tel utilitarisme est toujours une régression. Il est dangereux pour une société de ne pas respecter « l’intérêt primordial » de l’enfant stipulé par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Nous encourageons la recherche afin qu’elle trouve de plus en plus les thérapies appropriées. »

Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes Mgr Emmanuel Delmas, évêque d’Angers Mgr Jean-Yves Le Saux, évêque de Le Mans Mgr Jean-Paul James, évêque de Nantes Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes Mgr Thierry Scherrer, évêque de Laval Mgr Alain Castet, évêque de Luçon Mgr Jean-Marie Le Vert, évêque de Quimper Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc Mgr Nicolas Souchu, évêque auxiliaire de Rennes

Voir en ligne : Eglise catholique en Loire-Atlantique