Lundi 13 août 2018 — Dernier ajout samedi 11 août 2018

Notre-Dame de la Cour - 15 août 2018

Le 15 Août, comme chaque année, les pèlerins vont se diriger vers la Chapelle du XVe siècle de Notre-Dame de la Cour Céleste en Lantic.

Le 15 Août, comme chaque année, les pèlerins vont se diriger vers la Chapelle du XVe siècle de Notre-Dame de la Cour Céleste en Lantic.

(11H00 - Messe - Chapelle Notre Dame de la Cour - 22410 LANTIC
15H00 - Célébration mariale - Chapelle Notre Dame de la Cour - 22410 LANTIC)

Cette année, les 6 relais de la Paroisse d’Etables sur Mer sont invités aux Vêpres à une célébration communautaire, en y apportant leurs bannières.

Se rassembler aux pieds de la Vierge en cette journée de mémoire de son Assomption, n’est pas une manifestation de mariolatrie, le culte de latrie étant réservé à Dieu seul, Père, Fils et Saint-Esprit. L’Eglise, soucieuse de l’orthodoxie, le sérieux du dogme, autorise un culte de vénération, dû aux saints, ces serviteurs transformés par l’amour de Dieu.

Nous chantions jadis un « Sub tuum praesidium » [1] sous l’abri de ta miséricorde, un chant remontant au IVe siècle que nous ont laissé les grecs. C’est dire que le culte, la vénération filiale envers Marie est une belle et riche tradition.

Depuis 1638, il y a 380 ans, le 15 août est instituée la fête de l’Assomption de la Vierge Marie. Les Révolutionnaires l’ont évidemment bannie, Napoléon l’a rétablie, (enfin récupérée) en y voyant son anniversaire de naissance … Désormais, tous les citoyens français bénéficient de ce jour de congé, journée chômée : Merci la racine chrétienne !

En fait, il nous faut remonter à l’origine de la procession du 15 août. C’est le fameux vœu de Louis XIII. Plusieurs versions de ce vœu ont été émises par les historiens les plus avisés. René Laurentin, dont on sait le sérieux des enquêtes menées partout où la Vierge est apparue, insiste sur le cœur du vœu de Louis XIII.

On y a vu, et souvent réduit ce vœu, à une consécration de la France à Marie. Il y a certes dans ce vœu un appel au patronage à la « Maman du Ciel » comme disait ce roi, mais surtout une action de grâces envers Dieu lui-même.

Le 1er novembre 1950, au réfectoire, grâce à un poste radio crachotant, nous entendîmes le pape Pie XII proclamer le dogme de l’Assomption. Cette proclamation avait pour but d’entériner officiellement un culte multiséculaire. Pie XII tenait par cette décision « à rappeler au monde que la véritable vie chrétienne tend à l’union avec le Christ avec Marie pour guide » (encyclopédie Theo). Le Concile qui viendra ensuite précisera la nécessité d’un discernement dans le culte marial. Certains en ont profité pour discréditer certaines piétés populaires, tels que les Pardons, et le culte envers Marie, tel le bébé rejeté avec l’eau du bain.

Désormais, il faut reconnaître qu’il n’y a pas qu’à Lourdes ou à Fatima que les chrétiens considèrent Marie comme une bonne intermédiaire. Elle nous a été confiée par Jésus au pied de la Croix ; Celle qui a enfanté Dieu, a permis l’Incarnation, est intimement en fait corporellement liée au Christ, donc désormais à l’Eglise, corps du Christ.

Mercredi 15 août 2018, nous chanterons :
Ave Maris Stella

« Ave Maris Stella, Dei mater alma »
"Salut étoile de la mer, Mère de Dieu féconde"
« ut videntes Jesum semper colletemur »
"afin qu’en voyant Jésus, nous soyons toujours heureux".

Ce n’est pas pour rien que la plupart des statues de la Vierge nous la représentent avec Jésus dans ses bras. Là est l’essentiel.

[1

Voir en ligne : Horaires des messes sur la Communauté Pastorale