Lundi 21 août 2017

Opération Sentinelle et confiture

L’opération Sentinelle nous a vite habitués à voir déambuler dans nos rues les militaires. Par groupes de deux ou de quatre, ils veillent par leur présence dissuasive à notre sécurité. Montrer la force pour n’avoir pas à s’en servir disait-on. En fait, si on se réfère aux derniers attentats, ou tentatives, en France, force est d’admettre qu’ils semblent avoir plutôt servir d’appâts aux attaquants terroristes. Certains étés, alors qu’il est agréable de dresser la table dehors, des intrus non invités viennent perturber le repas : les guêpes ! De nombreux moyens existent pour s’en débarrasser, et notamment les pièges à guêpes. L’idée est de les attirer dans un bocal avec un peu de sucre ou de confiture. Pas question de les chasser mais de les capturer. Ces appâts sont bien ciblés, volontaires. Il arrive parfois à la Police d’utiliser des appâts humains avec l’intention de piéger des malfaiteurs. Rien à voir avec l’opération Sentinelle ; si appâts il y a ce ne sont qu’occasions possibles. Comparaison n’est évidemment pas raison, mais faire circuler sur la voie publique des soldats bien visibles, n’est-ce pas un peu cristalliser le problème ? Ils deviennent des cibles faciles à attaquer. Finalement nos soldats servent de piège à guêpes, ils attirent l’ennemi et servent ainsi à fixer les agressions.

Voir en ligne : Opération Sentinelle