Jeudi 30 août 2018 — Dernier ajout samedi 1er septembre 2018

Témoignage posthume du Docteur Bertrand, médecin à Saint Quay Portrieux

A l’heure où j’écris ces lignes, j’ai quelques raisons de penser que j’arrive au bout du chemin de ma vie terrestre.

Aux obsèques du Docteur Henri Bertrand - Saint Quay Portrieux le 29 août 2018.
Par Daniel Le Meur, introduction à la lecture du texte qu’Henri Bertrand a écrit en Juin 2018.

Henri a écrit ce texte en juin dernier et il a voulu l’adresser à chacun d’entre nous.
C’est un Testament spirituel.

Au-delà des mots, c’est le témoignage d’un homme de Foi profonde, privilège et gratuité de la grâce, qui soutiendra ses engagements d’homme et de chrétien auprès de tous ceux qu’il rencontrera.

Tous, ici présents, nous lui devons quelque chose.
Accueillons ce qu’il nous dit Avec gratitude.

« A l’heure où j’écris ces lignes, j’ai quelques raisons de penser que j’arrive au bout du chemin de ma vie terrestre.

Entré dans ma quatre-vingt dixième année, je n’aurai pas la malhonnêteté de me plaindre, à l’heure où des milliers d’enfants meurent de faim ou se font voler leur enfance dans des camps de réfugiés, si ce n’est au milieu des combats.
Avant de partir je voudrais dire pardon à tous ceux à qui j’aurais pu faire de la peine, à ceux envers qui j’aurais pu faire preuve de négligence : je pense en particulier à ceux à qui j’ai donné mes soins pendant plus de trente ans.
Je voudrais aussi remercier ceux qui m’ont permis de réaliser un grand projet que j’avais à cœur : l’organisation des secours d’urgence sur la voie publique, dans ce qui, à l’époque, était le canton d’Étables/Mer. Lorsque j’ai pris mes fonctions de médecin généraliste à St Quay, il n’y avait strictement rien de prévu, aussi bien en matériel qu’en personnel. Tous les Maires du canton d’Étables/Mer qui se sont succedés de 1963 à 1996 m’ont totalement suivi dans mon projet d’équipement. Qu’ils en soient remerciés. Je citerai quand même François Héry, Maire de St Quay et Arthur de la Villeboisnet, Maire de Trévéneuc, qui m’ont particulièrement épaulé.
Mais tout ceci ne pouvait fonctionner sans le dévouement sans limite de mes Sapeurs-Pompiers et de leur famille acceptant les contraintes des appels de jour comme de nuit. Qu’ils soient ici profondément remerciés.
Dieu m’a donc fait la grâce d’une longue vie. Il m’a aussi frappé durement en m’enlevant brutalement à 49 ans, une Épouse avec laquelle je partageais un grand amour. Pour l’instant je n’ai pas peur de mourir, je souffre cependant du chagrin que vont éprouver ceux qui m’aiment.
Avant d’en finir avec la vie, il est vraisemblable que s’ajouteront des souffrances physiques.
J’espère avoir le courage de les accueillir comme un appel du Christ à participer à son Calvaire. J’espère être assez fort pour être digne des paroles de Saint-Paul : "Je suis crucifié avec le Christ ; ce n’est plus moi qui vis mais le Christ qui vit en moi".
Alors, à ma famille, à tous mes amis je leur dis : acceptez sereinement cette séparation.
Rappelez-vous ce que disait le pauvre Job, accablé de malheurs "Je sais moi que mon Rédempteur est vivant, et qu’au dernier jour je verrai mon Dieu" »

ndlr : les obsèques du Docteur Bertrand [1] ont été célébrées le mercredi 29 août 2018 en l’église Saint Kê de Saint Quay Portrieux.

Illustration : le Télégramme

[1Domicilié à Saint Quay Portrieux (22410)
Né à Saint Quay Portrieux (22410) le jeudi 13 décembre 1928
Décédé à Saint Quay Portrieux (22410) le dimanche 26 août 2018 à l’âge de 89 ans
Veuf de Madame Michèle Doliger