Bienheureux innocents

lundi 30 décembre 2013
par  Kerprat
popularité : 1%

« Innocent » voilà un mot qui n’est pas si innocent que cela.

Bien sûr le sens originel est bien « personne incapable de faire du mal, non coupable » ; mais aussi «  ingénu », se faire traiter d’innocent est synonyme de bêta.

J’ai connu dans mon enfance une demoiselle qualifiée d’ « innocente » et Dieu sait si les enfants s’en moquaient facilement. Elle était disait-on restée en enfance. La société est désormais heureusement plus attentive aux personnes handicapées.
L’un des plus grands malheurs de notre temps n’est-il pas le drame des enfants innocents : mal-aimés, battus, sous-alimentés, exploités, eux qui sont sans la moindre défense.

C’est Rachel, nous dit la liturgie de ce jour qui pleure et ne peut se consoler du massacre de ses enfants.

Innocent comme l’enfant ou l’agneau qui vient de naître.

28 décembre, au lendemain du martyre d’Etienne, on pense à ces malheureux enfants de Bethléem massacrés par le dictateur Hérode et à leurs parents. Enfançons, ils étaient encore dans les langes, même pas à la crèche … prémices de tous ceux qui devaient verser leur sang pour Dieu et pour l’Agneau de Dieu.

Deux siècles , après la Déclaration des Droits de l’Homme, en 1989, la Convention des Nations Unies proclamera les Droits de l’Enfant. Occasion aujourd’hui de reconnaître et de remercier tous ceux qui œuvrent pour la sauvegarde, la protection de l’enfance.

Marcel Pagnol disait «  c’est très joli d’être innocent, il ne faut pas en abuser »
… Heureusement il y a la Miséricorde … à défaut d’innocence, la reconnaissance de nos torts est un appel en creux de l’immense Amour qui nous est donné.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF