Questions à …. un aumônier d’hôpital

jeudi 16 janvier 2014
par  Patrick BEGOS
popularité : 2%

Une présence d’Eglise … à l’hôpital
Une rencontre, une écoute, un soutien … le séjour à l’hôpital est souvent synonyme de souffrance, d’interrogations, de doutes. Les aumôniers d’hôpitaux et les bénévoles qui les entourent sont le visage de l’Eglise auprès des malades et des personnes âgées.

Le Centre Hospitalier Public de St Brieuc constitue un pôle majeur de santé, au niveau départemental avec ses 1200 lits (750 à l’Hôpital Yves Le Foll et 450 au Centre des Capucins, spécialisé en gériatrie).
JPEG - 18.5 ko Depuis 8 ans, Sylvie Marc de Plérin y occupe la fonction d’aumônier. « D’abord très surprise par cet appel de l’Eglise, je me suis alors familiarisée avec le milieu hospitalier en étant bénévole d’aumônerie, j’ai très vite compris la richesse et la diversité de cette mission ». Sylvie Marc répond ici à nos questions.

 Quel est le rôle d’un aumônier d’hôpital ?

Le rôle de l’aumônier est multiple. C’est un visage d’Église dans l’hôpital. Depuis la loi sur la laïcité, les textes prévoient que les patients puissent pratiquer leur religion dans l’enceinte d’un hôpital. Il y a 20 ans, cette fonction était remplie par un prêtre. Elle était très cultuelle : eucharistie, confession, extrême-onction, obsèques … Depuis, la fonction a évolué vers plus de relations humaines et un peu moins de culte religieux. Elle est assurée par des laïcs. L’Évêque donne mission d’Église à l’aumônier et le présente au directeur de l’hôpital.
L’aumônerie de l’hôpital est une quasi-paroisse avec un prêtre modérateur (Claude Madigand). Son rôle est d’accompagner l’équipe. Il n’a pas forcément le temps d’intervenir auprès des malades car il a la charge d’une autre paroisse. Il est présent lors des grandes fêtes. Pour la messe de Noël, nous avons aussi la joie d’accueillir chaque année notre Évêque sur l’un des 2 sites.

 Comment est organisée l’aumônerie de l’hôpital de St Brieuc ?

Au Centre Hospitalier Public (Hôpital Le Foll et Capucins), travaillent quatre aumôniers dont 2 à plein temps et 2 à mi-temps. Dans cette fonction, il faut une grande disponibilité. Le planning est souvent bousculé : par exemple pour se rendre près d’une personne en fin de vie, visiter une personne seule ou en détresse , célébrer des obsèques. Nous sommes appelés par les infirmières, ou les familles ou le patient lui-même.
Nous sommes soumis à un système d’astreinte, une semaine sur trois pour une personne à temps plein. L’astreinte consiste à être disponible toute la semaine entre 18 h le soir et 10 h le lendemain. Tout en étant à notre domicile, nous devons être capables de rejoindre l’un des sites sur demande. L’astreinte comprend aussi une présence à l’hôpital, le samedi après-midi et le dimanche matin. A l’Hôpital Le Foll, il existe une salle de recueillement (multicultuelle) au sous sol 1, près des ascenseurs et une chapelle située à l’autre bout de l’établissement, près de la chambre mortuaire. Aux Capucins, la chapelle est située au centre de l’établissement.

 Comment se déroule une semaine de travail d’aumônier ?

Notre première mission est la visite, la rencontre des malades. Une écoute attentive et respectueuse nous permet de nous ajuster à la demande de chacun : silence, présence réconfortante et fraternelle, prière, accompagnement spirituel, sacrements…
Il nous arrive aussi de célébrer des obsèques, parfois des baptêmes en urgence.
Tous les dimanches, il y a une messe aux Capucins et une célébration de la parole à Yves Le Foll. Aidés par les bénévoles, nous portons la communion aux résidents et aux malades qui en ont fait la demande .
En semaine, nous proposons des célébrations de la parole avec eucharistie dans les différentes résidences des Capucins.

 Les bénévoles occupent également une place importante ?

Sur les 2 sites, une trentaine de bénévoles participent à l’aumônerie. A l’hôpital Le Foll, ils viennent porter la communion aux patients le dimanche matin et visiter les malades le vendredi après-midi, chacun dans un service déterminé. Aux Capucins, en plus des visites, le rôle des bénévoles est de convoyer les malades de leur chambre vers le lieu de culte ou de leur porter la communion. Toute une équipe s’occupe également de la liturgie de la messe.
Le recrutement des bénévoles est du ressort des aumôniers qui vérifient après rencontres, stages et formations, que la personne correspond bien à la mission demandée, car la bonne volonté ne suffit pas. Nous sommes en recherche de bénévoles supplémentaires, notamment pour le dimanche matin.
JPEG - 50.7 ko

 Comment un malade peut-il entrer en contact avec un aumônier ?

Le plus simple est de passer par le standard de l’hôpital qui connaît nos coordonnées téléphoniques et peut nous joindre à tout moment. Le personnel hospitalier peut également nous transmettre les demandes des patients. Des affiches ont été apposées dans les halls et dans les services. Mais n’hésitez pas à nous signaler les personnes hospitalisées de votre connaissance qui aimeraient recevoir notre visite.

Lors de vos rencontres, comment réagissent les malades ?

Comme vous le dites dans l’introduction le séjour à l’hôpital signifie souvent solitude, interrogations, doutes, recherche de sens. Nous ne faisons pas de prosélytisme, mais notre badge d’aumônier libère souvent la parole , les questionnements, parfois la révolte. Il permet ainsi des échanges très riches sur le plan humain ou spirituel. Nous sommes ainsi témoins d’étonnants retours vers Dieu ou de redécouvertes de la foi .
Notre mission pourrait se résumer en un compagnonnage : marcher au rythme de la personne rencontrée, ne pas essayer de l’emmener là où elle ne veut pas aller, simple bonjour ou célébration d’un sacrement, dialogue fraternel ou prière.

 Y-a-t-il une aumônerie dans chaque hôpital ?

Tous les hôpitaux publics du département ont une aumônerie ainsi que certaines cliniques privées . Par contre dans les EPHAD ou foyers logements, le relais est pris par La Présence Fraternelle aux malades.


Commentaires

Questions à …. un aumônier d’hôpital
vendredi 28 avril 2017 à 14h37 - par  labigne bernard

les membres de l’aumonerie doivent ils etre missionnes officiellement par une lettre de l’eveque auprés de la direction de l’hopital ou ils visitent regulierement.
Exixte t il un doc officiel de mission, ou peut on le trouver ou bien peut on me l’adresser en piece jointe avec la reponse a ce mail. merci d’avance

Logo de labigne bernard
mardi 2 mai 2017 à 18h42 - par  Jean-Louis KERVIZIC

Réponse de Madame Marie-Thérèse Méteil - Responsable des aumôneries des hôpitaux.
Les aumôniers sont missionnés par l’Évêque, avec ensuite, contrat de travail avec l’hôpital. Dans la lettre de mission, les membres bénévoles sont mentionnés comme partie prenante de la mission de l’aumônier.
En conséquence, ils sont déclarés auprès de l’administration hospitalière à des fins d’assurance, en cas d’incident ou d’accident dans le service qu’ils visitent.
Du côté du service de l’aumônerie, chaque bénévole signe une charte qui l’engage dans un service donné pour un temps donné. C’est le seul document « officiel » qui peut être mis en place.
Au niveau de l’administration, en général, il y a une charte du bénévolat pour toute association œuvrant en son sein. Elle est un peu différente de la charte du service d’aumônerie, car comme je le mentionne, nous sommes « service » de l’hôpital et non association.

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF