Liberté, Égalité … et la Fraternité ?

jeudi 23 janvier 2014
par  Kerprat
popularité : 1%

Elle est belle, et pleine de sens, la devise de la République Française.
Ces 3 mots inscrits sur les édifices publics sont vraiment un riche socle cher aux citoyens.

Drapeau réalisé par les élèves de l’école Notre Dame de Plérin avec des matériaux de récupération.

 La Liberté

Qui consiste pour les fondateurs de la République « à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » est garantie par la Loi.

Le moins que l’on puisse dire est que ce principe est généreusement accepté et revendiqué. Quoique… il soit permis de se demander si parfois autrui n’est pas victime d’excès de liberté. « O liberté,disait Madame Roland, que de crimes on commet en ton nom ». Mais qui définira la nuisance éventuelle, donc la limite de l’exercice de la liberté ?

 L’Égalité

Ce mot signifie que la Loi est la même pour tous, sans faire acception des personnes, sans distinction de condition sociale ou de naissance. Encore conviendrait-il d’admettre que la Nature ne connaît pas l’égalité : il y a des grands et des petits, des vertueux et des charlatans, des intelligents et des imbéciles. Certains pays totalitaires ont compris le principe d’égalité comme un nivellement, niant les mérites, ou les valeurs individuelles. Égalité n’est pas l’égalitarisme qui aurait tendance à nier l’altérité .

Si les deux premiers termes sont garantis pas la Loi, et on ne peut que s’en féliciter, qu’en est-il du mot Fraternité ?

 Fraternité ?

Admettre ce mot dans la devise nationale ne fut pas aisé, certains y voyaient une consonance chrétienne, ils auraient préféré solidarité. Et finalement, ce n’est qu’en 1880, un siècle après la Révolution Française que ce mot fut solennellement adopté.

Le problème est que la Puissance Publique peut légiférer sur la Liberté et l’Egalité, tandis que la Fraternité, même si c’est un droit, reste une valeur essentiellement morale. Paul Thibaud, ancien directeur de la revue Esprit l’affirme « la fraternité est une obligation de chacun vis-à-vis d’autrui. C’est donc un mot d’ordre moral ». Quelle Loi nous garantit la Fraternité ?

Le développement des ONG d’entraide ou caritative, Restos du Cœur, Téléthon, interventions lors de catastrophes etc, montre que nos concitoyens sont capables de se mobiliser pour de bonnes causes. La fraternité existe surtout dans les circonstances exceptionnelles.
Mais, au quotidien, que d’atteintes à la fraternité. !
N’a-t-on pas récemment stigmatisé à juste titre, le racisme, l’ostracisme ? Sous prétexte de liberté d’expression, ne voit-on pas des humoristes protégés par la liberté de création, se moquer ouvertement de ce qu’autrui pense être une valeur. La raillerie, tous azimuts, peut blesser et donc « nuire » Nos gouvernants s’honoreraient de rappeler que la tolérance et le respect des convictions des autres justifient un peu plus d’attention, pour un mieux-vivre ensemble. Le triomphe du « chacun pour soi » ,« L’enfer c’est les autres » … entraine des conflits dans les milieux du travail et de la politique.

On peut conclure avec De Gaulle « Nous disons Liberté,Égalité-Fraternité parce que notre volonté est de demeurer fidèles aux principes démocratiques que nos ancêtres ont tirés du génie de notre race et qui sont l’enjeu de cette guerre pour la vie et la mort  » (Discours du 15 novembre 1941)
C’est toujours d’actualité ; la Fraternité, valeur morale, un supplément d’âme à la législation qui garantit si bien la Liberté et l’Égalité.

Le « génie du christianisme « n’est-il pas d’attacher la plus grande importance au thème de la fraternité, car elle est l’expression visible de l’amour d’autrui. Et l’Amour c’est la quintessence du message évangélique :

Ubi caritas et amor, Deus ibi est


(là où est la charité et la fraternité, Dieu est)

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF