Tous au Panthéon

jeudi 27 février 2014
par  Kerprat
popularité : 1%

L’heure est venue de descendre de l’Olympe. Sommet de la Grèce, avec ses 2 917 mètres, centre religieux de la Grèce antique du VIIIe avant JC au Ve après JC, devenu depuis, grâce au baron Pierre de Coubertin, un symbole de fraternité sportive. Fraternité mondiale … mais dans la compétition.
Ils nous ont fait vibrer pendant deux semaines ces athlètes devenus un peu dieux du stade. Les voilà partis de ce haut-lieu, certains la médaille au cou, d’autres avec la fierté d’avoir participé à ce challenge international. L’essentiel étant, dit-on, de participer.

Gloire aux héros !

Pendant ce temps en France, l’actualité met en lumière un autre lieu symbolique, le lieu idéal de la gloire posthume : le Panthéon de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris. De Grands Hommes qui ont marqué l’Histoire de la France y sont inhumés. Jusqu’à présent une seule femme, Marie Curie y reposait. Elle ne s’ennuiera plus seule au milieu de ces géants puisque de nouvelles élues vont les rejoindre. Vive la parité.

Traditionnellement, enfin dans l’Antiquité, seuls les dieux avaient droit de cité en ces Panthéons. Certains étaient dédiés à un dieu protecteur de la ville, il nous plaît de nous rappeler que notre Panthéon national se remémore toujours un peu Sainte Geneviève, protectrice de Paris.

Rome possède aussi un Panthéon ; monument certes antique mais conservé intact.Temple romain donc païen, mais devenu église en 609, vouée à la Vierge Marie et aux Martyrs.
A l’occasion de la canonisation d’Anne-Thérèse Guérin, en 2006, des habitants d’Etables-sur-mer ont eu l’occasion de le visiter. C’est évidemment un monument remarquable et émouvant. Les Tagarins ont admiré la coupole sur laquelle le soleil entre par les interstices transformant la voute en véritable cadran solaire.
Comment ne pas évoquer dans ce genre d’église notre culte des saints ? Les païens honoraient leurs dieux, et pour n’en oublier aucun, célébraient un culte à tous les dieux, en Panthéon. Et nous, ne célébrons nous pas tous les saints, chaque 1er Novembre ? Ce n’est pas faire œuvre de panthéisme que de regrouper tous nos saints en une fête commune.

Il n’y a que 365 jours dans l’année … alors groupons en Toussaint tous ceux que nous admirons et prions, mais qui ne sont pas nominés par la Liturgie.
C’est un devoir de mémoire qui vaut bien les fastes de la République pour ses Grands Hommes.

Car la gloire et la notoriété des saints sont images de Celui qu’ils ont si bien servi.
La Préface de la Messe des saints ne dit-elle pas que le Seigneur par ce culte « honore ses propres dons » ?


Portfolio

JPEG - 77.4 ko JPEG - 108.8 ko JPEG - 110 ko JPEG - 96.8 ko

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF