Questions à … Annaïck, Gérard, Thérèse et Marie

Diaconia a resserré les liens, dans la fraternité.
lundi 12 mai 2014
par  Patrick BEGOS
popularité : 2%

Avec la démarche Diaconia « Servons la Fraternité » engagée il y a plus de 2 ans, l’Eglise a lancé un appel à placer le service du frère au cœur de nos paroisses, services et mouvements.

de gauche à droite : Annaïck, Gérard, Sœur Thérèse et Sœur Marie

Diaconia mobilise le diocèse. Le rassemblement de Lourdes, en mai 2013, a été un temps fort, avec 12000 personnes dont 150 du diocèse autour de Mgr Moutel et un bon groupe de notre paroisse : Mariette, Florence, Annaïck, Gérard, Sœur Thérèse.
Il s’est prolongé à St-Brieuc, le 15 février 2014, en présence de 300 personnes, lors d’une journée organisée par le diocèse qui avait pour thème, « Servons la Fraternité par le Droit ». Le Fonds St Yves y participait ainsi que des associations (Secours catholique, ATD quart monde, ASTI, …).

 Comment a démarré votre groupe ?

La démarche Diaconia a rassemblé quelques membres des Amarrés du Légué qui, en mai 2013, ont souhaité participer au rassemblement de Lourdes. Avant d’y aller, des groupes de 6 personnes, s’étaient constitués en fraternité. « Avec Noëlla, Françoise, Sr Anne, Annaïck, Gérard et Sr Thérèse, nous avons formé cette fraternité et nous nous sommes accompagnés mutuellement durant le séjour ».

 Comment avez-vous vécu le rassemblement de Lourdes ?

Pendant 3 jours et demi, nous avons vécu, à l’église St Pie X, de belles célébrations eucharistiques avec la participation des personnes en grande fragilité et précarité. L’après-midi était réservé aux ateliers et à la réflexion en fraternité, pour partager ce que nous avions vécu le matin. « On apprend à connaître d’autres personnes, à donner ses idées et à les discuter  », confie Annaïck. « Cela m’a rapproché de l’Evangile, de l’Eglise », ajoute Gérard. « J’ai été frappé par les 15 portraits de personnes qui ont donné leur vie pour les autres, comme l’abbé Pierre pour Emmaüs, Jean Rodhain pour le Secours Catholique … Les témoignages forts de prisonniers m’ont aussi marqué ».
« Nous étions à Lourdes avec nos dynamismes et nos fragilités. Mais ce qui fut extraordinaire, c’est le fait de donner la parole aux personnes vivant la précarité, le handicap, la fragilité. Ces personnes ont donné sens à ce rassemblement qui demeure pour les participants quelque chose de fort, d’intense, tant l’Evangile se vivait là ».

 Quelle suite avez-vous donné au rassemblement ?

En fraternité, nous nous retrouvons tous les 2 mois en poursuivant le partage de vie et d’Évangile. La rencontre est préparée par Gérard qui puise un sujet dans la revue du Secours Catholique. Puis, un partage d’Évangile nous met en contact avec la manière de servir de Jésus. Chacun apporte sa pierre à la réflexion. Le groupe de fraternité permet de rester en lien avec ce qui a été vécu à Lourdes. Trois nouveaux membres nous ont rejoints : Alain, Béatriz et Sœur Marie. Des échanges se nouent aussi dans la simplicité, avec d’autres groupes du Secours Catholique, lors de la galette des rois ou de l’opération potage des Amarrés du Légué.

 Avez-vous participé à la journée diocésaine Diaconia du 15 février ?

« Oui et l’accueil reçu, dès l’arrivée à cette journée, nous a mis à l’aise. Les thèmes de fraternité, de solidarité, de droit, de justice ont été éclairés par des magistrats, lors de conférences et d’ateliers. » L’intervention du Père Bertrand Cassaigne m’a beaucoup intéressée « , précise Sœur Thérèse. Pour lui » Diaconia a ouvert une brèche. Nous sommes dans une société où, au travers des situations vécues, on se replie sur la revendication, sur son confort, son bien, sa tranquillité. Cette brèche doit faire tomber les murs, les frontières. Diaconia, c’est l’expérience d’une fraternité vécue à travers nos différences ".

 Les plus fragiles ont-ils pu s’exprimer ?

Oui, le Père Cassaigne l’a bien résumé en disant que « les forums n’ont pas été des constructions intellectuelles mais une écoute. Les personnes les plus fragiles se sont exprimées. Elles sont la clé de lecture et de compréhension des questions. Elles nous disent où se trouvent les difficultés, les leviers pour avancer ».
Un moment de surprise vraiment génial, a été la venue de « Monsieur St Yves » à notre journée. Plusieurs groupes avaient préparé un rappel intéressant de la manière dont St Yves agissait et servait ceux qui étaient dans une grande nécessité. Avec d’autres collègues, Gérard et Annaïck ont chanté la chanson de St Yves composée par Maryse. « J’étais chef d’orchestre chargée de faire chanter la chorale devant 300 personnes  », confie Annaïck.
Dans sa conclusion, Mgr Blaquart, évêque d’Orléans et président de la commission solidarité des évêques de France a souligné quatre E :

  • Ecouter
  • Eduquer
  • Eglise
  • Ensemble

montrant «  la nécessité d’être ensemble pour travailler efficacement contre la précarité. Nous avons besoin de tout le monde pour avancer ».

 Comment avez- vous ressenti cette journée ?

« Les témoignages et l’ambiance conviviale m’ont beaucoup marquée », confie Annaïck. Gérard a été frappé par le témoignage d’un magistrat parlant d’un enfant enlevé à sa mère. « Dans les ateliers, j’ai senti que les magistrats, qui possèdent le savoir, se sont mis à l’écoute des personnes en difficulté  ». Sœur Thérèse note cette parole d’un magistrat : « J’ai eu un coup de poing à l’estomac à entendre vos témoignages ». Une personne de l’assemblée a ajouté : « Ceux qui sont en précarité reçoivent chaque jour ces coups de poing dans l’estomac ».
Sœur Marie souligne : « Dans les ateliers, les magistrats ont confié qu’ils avaient été ébranlés, notamment par les interventions d’ATD-quart monde ». Des personnes de grande pauvreté, des magistrats, des avocats se forment ensemble. Par la fraternité, en co-formation, « un pas a été fait, un pont a été jeté entre ceux qui apportent les aides et ceux qui en ont besoin ».

 Comment envisagez-vous la suite ?

Un nouveau rassemblement avec le Secours catholique se prépare à Lourdes pour juin 2014. Trois pièces de théâtre y seront jouées. Gérard et Alain y seront acteurs. Ces mises en scène exprimeront des situations vécues, parfois à notre porte, montrant que la reconnaissance et la dignité sont essentielles dans la vie de chacun. Et dans le diocèse, les groupes de fraternité continuent leurs rencontres.

Une participante à Lourdes

« Je rentre de Lourdes avec une joie profonde, une envie de donner à d’autres le désir de servir ses frères et sœurs, de dire combien le service du frère est une manière de vivre sa foi chrétienne à la suite du Christ. Nous avons vécu et célébré la fraternité éclairée par la Parole de Dieu, nous avons mis en valeur les témoignages de personnes qu’on n’entend jamais, vécu la joie de la rencontre. Maintenant, nous avons envie d’entraîner notre communauté paroissiale à vivre la fraternité et l’espérance avec les personnes en situation de précarité et de souffrance ».

Une bénévole du Secours Catholique

« Le 15 février, j’ai été impressionnée par la qualité et » l’incarnation « des propos tenus par les conférenciers. L’accueil, le temps passé pour écouter et comprendre l’autre, l’écoute de la Parole de Dieu pour ouvrir notre cœur, sont des gestes fraternels qui nous aident à aller vers l’autre. Cette journée m’a fait entrevoir une nouvelle manière d’être dans mon action bénévole. Chercher l’efficacité mais avant tout regarder l’autre comme un frère avec qui œuvrer dans le respect de notre dignité mutuelle ».

Des juristes à l’écoute

Le Fonds Saint Yves a pour mission de contribuer au rayonnement de Saint Yves dans le domaine du droit et de la justice en apportant une aide aux justiciables en difficulté. St Yves sera vénéré le dimanche 18 mai 2014 à Tréguier.
Le Fonds Saint Yves offrira le samedi 10 mai aux personnes qui le souhaitent un temps d’écoute attentive et bénévole, par des juristes, pour des questions relevant du droit, de la justice, favorisant si nécessaire une orientation de nature à dénouer les difficultés. Cette écoute se fera dans l’esprit de Saint Yves, prêtre, juge, avocat et ami des pauvres : aucune condition de ressources, de croyance ou de religion ne sera envisagée.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF