Avis de grand vent !

Esprit, es-tu là ?
jeudi 5 juin 2014
par  Kerprat
popularité : 2%

A peine traduit du latin ( spiritus, le souffle), ce mot nous est bien familier. Ne dit-on pas « rendre l’esprit » pour décéder, soit rendre le dernier souffle vital. Perdre son esprit, c’est aussi devenir fou, tandis que perdre ses esprits est simplement s’évanouir, ou se troubler .Reprendre ses esprits, c’est redevenir bien vivant et retrouver son sang-froid.
Dans une corporation, l’esprit de corps est de la motivation …

L’esprit peut être bon ou mauvais. Bon esprit, c’est bonne mentalité, mauvais c’ est détestable.
Les esprits frappeurs ? laissons-les aux amateurs de spiritisme.
La chimie les connaît les esprits, en tant que produits volatils provenant de distillation. La mode n’étant plus aux digestifs, l’adjectif spiritueux n’est plus guère utilisé. Les congés ou acquis à caution nécessaires pour le transport des spiritueux nous sont désormais inconnus.

Quittant les spiritueux, fréquentons plutôt le spirituel. L’origine est la même, l’idée analogue, on y retrouve le souffle, l’énergie, l’allant, la vie en somme. L’homme spirituel rayonne la bonne humeur, car il sait donner aux choses une tournure vive et agréable. Certains propos humoristiques sont signes d’esprit, on les dit spirituels.

Élevant le débat, (une affaire de degrés …) spirituel est aussi le qualificatif qui s’applique à tout ce qui touche l’âme, le principe de vie, le souffle. La religion l’utilise dans tous les domaines : de la Lecture spirituelle au sens spirituel des Écritures ou au Concert spirituel, sans oublier les Exercices Spirituels chers aux Ignaciens. La vie mystique, religieuse devient vie spirituelle, ce qui est la quintessence de la sainteté (la vie de Dieu lui-même).
Tout adjectif faisant penser à un nom, spirituel renvoie à Esprit. Pour lui donner plus de consistance, on l’appelle L’Esprit Saint. Illustre méconnu !
Le Père, ça va, Jésus nous en parle éloquemment, et nous savons le prier.
Le Fils, comme il est venu dans notre Histoire, et qu’il continue à demeurer parmi nous jusqu’à la fin des temps, il nous est plus familier.
Quant à l’Esprit … on en parle dans les évangiles à l’Annonciation, au Baptême de Jésus et au Thabor. La veille de sa mort Jésus nous a pourtant donné des paroles fortes le concernant :
« Quand il viendra, lui, L’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière ».
A Nicodème, Jésus n’a-t-il pas dit « le vent (l’Esprit) souffle où il veut, et tu entends sa voix ; mais tu ne sais pas d’où il vient ».
Et toujours dans sa prière d’adieux à la Cène, «  je ne vous laisserai pas orphelins … je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet, pour qu’il soit avec vous à jamais, l’Esprit de Vérité ».
Il n’est certes pas donné à tout le monde de recevoir spectaculairement l’Esprit, comme les apôtres sous forme de langues de feu, ou de Saul renversé de son cheval sur la route de Damas.
La Pentecôte n’est plus un événement historique particulier, mais une diffusion, effusion permanente de l’Esprit pour les baptisés et confirmés. Les dons de l’Esprit nous parviennent en permanence dans les sacrements. Saint Paul nous l’a bien dit « vous êtes temple de l’Esprit  » une sacrée responsabilité, un héritage sacré.

« Dieu d’amour et de paix, envoie sur nous le souffle de ton Fils et renouvelle ton Église : qu’elle ne cesse de proclamer au milieu des nations les merveilles que tu fais pour les hommes par Jésus-Christ. En lui dans la puissance de l’Esprit, gloire à toi pour les siècles des siècles  ».
Liturgie de la Pentecôte.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF