Le souffle de l’Esprit, à la Pentecôte

mercredi 4 juin 2014
par  Patrick BEGOS
popularité : 2%

Dans la continuité de Pâques et de la résurrection du Christ, nous allons fêter dans quelques jours la Pentecôte. Sœur Marie-Thérèse Le Floch en explique ici le sens chrétien.

 Que se passe-t-il à la Pentecôte ?

A l’origine, c’est une fête juive qui rappelle la fête des prémices de la récolte, après la sortie du peuple juif d’Egypte et le don de la Torah au Sinaï. Pour nous chrétiens, c’est la fête du don de l’Esprit Saint. Le récit des Actes des Apôtres fait état « d’un grand bruit » venu du ciel, d’un « violent coup de vent » et de « langues de feu » qui se posent sur chacun des apôtres. Le bruit, le vent et le feu symbolisent la manifestation de la puissance divine. Les langues de feu qui se divisent au-dessus des têtes des apôtres signifient la descente sur eux de l’Esprit de Dieu.
L’Esprit saint se répand sur les disciples et les ouvre à l’intelligence de la foi. Ils se mettent à parler dans de multiples langues. On peut y voir une réponse à l’épisode de la Tour de Babel. Contrairement à la tour dressée pour monter vers Dieu et le dépasser, c’est Dieu lui-même qui vient vers les hommes à la Pentecôte. Les peuples divisés se retrouvent unis lorsque l’Esprit se manifeste. Tout le monde se comprend. Malgré leurs différences, tous se reconnaissent frères, dans l’unité et la communion avec Dieu dans l’Esprit.

 Souvent, nous nous référons au Père ou à Jésus. Mais l’Esprit ?

Nous ne pouvons pas croire au Père et au Fils sans croire en même temps et dans un même mouvement à l’Esprit : « Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire », dit le Credo. L’Esprit, c’est la relation entre le Père et le Fils, entre Dieu et les hommes. C’est le mouvement vers les autres. L’Esprit a sa manière d’agir dans le monde. Il est souffle de vie. Après la résurrection, il rend Jésus présent. Il suscite les croyants, les instruit. Il est leur « défenseur », leur « soutien » dans la persécution, mais aussi dans les actions quotidiennes. L’Esprit Saint nous fait aimer Jésus, il nous tourne vers le Père, il nous met en relation les uns avec les autres, car il est source de communion. Il est vraiment l’Esprit du Seigneur ressuscité.

 La Pentecôte marque aussi la naissance de l’Eglise ?

La Pentecôte que fêtent les chrétiens célèbre en effet la naissance de l’Église, ce nouveau peuple de Dieu, aux dimensions universelles, qui a pris forme lorsque Jésus ressuscité « a reçu du Père l’Esprit Saint promis ». Il l’a répandu sur ses apôtres et disciples qui ont cru en Lui et ont reçu la mission d’être ses témoins partout dans le monde. La Pentecôte est un événement fondateur d’une Alliance nouvelle et d’un peuple nouveau.
C’est donc un message très actuel. La mission de l’Eglise est de rassembler les hommes de tous les pays et de former le nouveau peuple de Dieu. L’Esprit Saint qui sème l’amour est présent partout, surtout lors de l’Eucharistie. Il fait tout en nous. Il faut simplement que nous l’accueillions. Lors de la messe de la Pentecôte, la présence de l’Esprit dans nos cœurs nous donne un souffle nouveau pour lutter contre le mal, pour persévérer dans le chemin de la prière. La Pentecôte est le renouvellement de notre engagement de chrétien. Nous sommes envoyés en mission comme les apôtres. L’Esprit nous rend capable d’écouter les autres, de trouver les mots qu’il faut pour leur parler de Dieu. Nous pouvons l’invoquer dans une prière simple : « Viens, Esprit Saint, remplis les cœurs de tes fidèles, allume en eux le feu de ton amour ».

 Les sept dons de l’Esprit Saint

Par ses dons, le souffle de l’Esprit nous anime comme il le fit au jour de la Pentecôte en transformant les disciples apeurés en témoins de la résurrection, prêts à toutes les audaces et à toutes les épreuves. Ces dons sont étroitement liés les uns aux autres.

  • La sagesse : pour discerner ce que Dieu attend de nous. La sagesse est amour infini.
  • L’intelligence : pour nous aider à approfondir et à comprendre la Parole de Dieu, bien sûr par notre intelligence, mais davantage par le cœur.
  • Le conseil : c’est se mettre à l’écoute de Dieu pour se laisser guider par lui. Il faut accepter dans la prière les « conseils » de Dieu, afin de discerner ce qui est bien et ce qui est mal.
  • La force : pour rester fidèles à l’Évangile et pour oser témoigner du Christ aux autres.
  • La connaissance : pour nous aider à mieux saisir le vrai sens de la vie, pour nous-mêmes et pour les autres.
  • L’affection filiale : c’est aimer Dieu comme un enfant aime son père.
  • La crainte de Dieu : il ne s’agit pas d’une quelconque terreur, mais d’une juste distance à vivre pour s’ajuster à Dieu. Abandonner l’idée de « toute puissance » personnelle pour entrer dans l’humilité libérante de l’Évangile.

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF