On aime la musique de Berthier … mais qui était Jacques Berthier ?

lundi 30 juin 2014
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

Nos chorales sont habituées à choisir et à chanter des cantiques de Berthier.
Que d’allant et de sens dans « Au cœur de ce monde » « Que tes œuvres sont belles » et que d’intensité et de dynamisme dans Veni sancte spiritus dit de Taizé !

Mais qui était Jacques Berthier, alors que nous évoquons le vingtième anniversaire de sa mort ?

Le journal « La Croix » [1] vient de consacrer 2 belles pages, pour nous faire découvrir cet organiste de formation, connu pour l’essentiel des « chants de Taizé » et le répertoire des paroisses.
Organiste patenté, digne fils de son père organiste et chef de chœur à Auxerre, toute son enfance a été imprégnée de la musique écclésiale.
C’est en 1955, que Jacques Berthier commence ses compositions pour la Communauté de Taizé. En phase avec Frère Roger, pour le « concile des jeunes » en 1974, il compose les fameux chants compréhensibles par des milliers de jeunes de toutes nationalités. Frère Roger reconnaissait que « ces mots repris et encore repris comme à l’infini, ont été un chemin de contemplation … pénétrant jusqu’aux profondeurs de l’être humain » (lettre de F Roger à une fille de Jacques).

Avant même le Concile, il avait compris qu’il fallait renouveler le patrimoine musical liturgique, mais sans rupture avec le grégorien ou l’ancienne liturgie.
Disponible, il répond aux demandes des moines et moniales pour harmoniser les Livres des Heures ; composant sur place, tout en y faisant retraite spirituelle.
Berthier a su imaginer et développer des formes musicales très simples, permettant aux jeunes de tous pays de chanter ensemble. Son souci était de répondre aux besoins, comme un grand couturier capable de faire du sur mesure. Un homme de talent, mais nourri d’un vie spirituelle authentique.

N’est-ce pas tout simplement génial de composer sur un texte simple, veni sancte spiritus par exemple, sur une mélodie de 2 notes ! Un maximum avec le minimum, une base obstinée (ostinato) un peu à la manière du mantra boudiste, une méditation sur un mouvement répétitif.

Merci Monsieur Jacques Berthier, avec vous nous chantons :
« Fais paraître ton jour, que l’homme soit sauvé »


Voir le site : wikipédia - Jacques Berthier -

[1édition de samedi 21 juin


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF