Tous Saints !

dimanche 17 octobre 2010
par  Communauté Pastorale du Littoral Ouest
popularité : 1%

« La solennité de tous les saints nous met devant les yeux la foule immense des rachetés, pour nous dévoiler l’avenir vers lequel nous sommes en marche », la vision béatifique ! dit le Missel, le 1er Novembre.

Alors quid de la sainteté ? Allons à l’essentiel, à la source.

« Car Toi seul es Saint, Toi Seul est le Très-Haut » chantons nous dans le Gloria. Dieu seul est Saint en effet, et même trois fois Saint !

C’est la Bible qui contient la révélation de Dieu lui-même ; elle définit la sainteté à sa source même, en Dieu, de qui dérive toute sainteté. Oublions la définition du catéchisme d’antan à la question Qu’est-ce que Dieu ? « Dieu est un pur esprit… » un concept en somme.
On ne peut définir la sainteté de Dieu, elle touche au mystère de Dieu. On ne peut que s’incliner, en attitude d’adoration, devant Sa transcendance, tout en contemplant son immanence dans Son amour.

Isaïe nous précise que Yahwe est un roi à la majesté infinie, Créateur dont la gloire remplit toute la terre et que seuls les Séraphins peuvent lui rendre ; et encore ces super anges ne peuvent contempler Sa face. Dieu est l’Inaccessible et en même temps Celui qui possède toute richesse, la vie, la puissance et la bonté. Et ce ne sont pas de simples qualificatifs, mais des caractéristiques de Dieu lui-même. Sainte Faustine, « secrétaire de la Miséricorde » nous dit « le premier attribut que le Seigneur me fit connaître, c’est Sa Sainteté ».
La Prière Eucharistique à la Messe ne commence-t-elle pas par « Père très Saint, nous proclamons que tu es grand …Toi la source de toute sainteté » ? Dieu veut être reconnu saint, être traité en seul vrai Dieu, et tout au long de la Bible, il donne des indications pour la liturgie. Sainteté voulant dire séparé, à part, tout ce qui touche au culte divin sera d’une certaine façon sacré :

  • les lieux – l’Arche et le Temple
  • les personnes – les prêtres -
  • les objets et oblats ,
  • le temps lui-même –Sabbat et fêtes liturgiques.

Bien sûr la sainteté de ces choses n’est pas de même nature que la sainteté de Dieu, mais c’est une marque de respect du sacré. La fréquentation de nos églises nous rend trop souvent familiers et même cavaliers avec le Saint Sacrement et tout ce qui l’entoure.
Jésus, de par sa filiation divine et la présence de l’Esprit en lui est Saint – « conçu du Saint-Esprit, il sera saint » Lc 1.35 – Je sais qui tu es s’écrie un fou : le Saint de Dieu. Mc 1.24
Il est assis à la droite de Dieu, Christ Pantocrator. « Je me sanctifie…pour qu’ils soient sanctifiés » Jn 17.19-24.

Mais Jésus, le Sauveur, sanctifie les croyants « en vérité » ; baptisés, nous sommes tous héritiers de cette sainteté par la Foi, le Baptême, et l’onction de l’Esprit-Saint dans le Christ dit St Paul, par la vérité, la force de ce Souffle divin qu’est le Saint Esprit.

La Toussaint est donc notre fête à tous.

D’abord à « Messire Dieu, premier servi » comme disait Jeanne d’Arc, et nous pouvons dire « que Ton Nom soit sanctifié » ; à tous ceux qui nous ont précédé dans la Foi, membres d’un même Corps, même s’il est Mystique : nous sommes le Corps du Christ, chacun de nous est un membre de ce Corps…

Saisis par le Christ, nous sommes élus, donc séparés du monde, et devons nous offrir en « culte véritable, en sacrifice saint » Rm 12.1.

C’est le moment privilégié pour célébrer nos aînés dans la Foi. Comme nous, ils ont été créés à l’image de Dieu, et si l’Eglise nous les propose en exemples, c’est pour contempler en eux la promesse de Jésus « Heureux serez-vous ! ». Nous avons les Béatitudes comme feuille de route, alors « lavons nos vêtements dans le sang de l’Agneau ».


Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF