Le tour des chapelles : Sainte-Marie du Vaudic, dans un écrin de verdure

mercredi 24 septembre 2014
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

Nichée dans un enclos verdoyant, sous les grands arbres, on la devine à peine. Et pourtant elle a fière allure, la chapelle Ste-Marie du Vaudic située dans le village du même nom, à trois km du bourg de Pordic.

Elle se cache discrètement à l’ombre d’un if majestueux, plusieurs fois centenaire.
Dès le franchissement du portail de l’enclos, le visiteur ressent ici une impression de calme et de sérénité. Jean Tréhen, président des Amis du Vaudic, nous présente la chapelle.

 Plusieurs restaurations

Ste-Marie est une grande chapelle de 260 à 280 places. Elle fut bâtie en forme de croix latine dont les ailes sont séparées de la nef par deux arcades. L’aile gauche était autrefois séparée de la nef par une cloison de bois ajourée qui permettait aux lépreux d’assister à la messe sans être en contact avec les autres fidèles. Cette cloison sert aujourd’hui de délimitation à la sacristie aménagée dans l’aile droite.
Le plafond est en forme de coque de bateau renversée. Les travaux de restauration entrepris en 1952 par la municipalité dirigée par le maire Gaby Guégan ont permis de refaire la toiture ainsi que le lambris verni du plafond. Autrefois, ce plafond était tapissé d’étoiles sur fond bleu.
La chapelle ne garde de l’époque médiévale que la verrière du chœur sur laquelle est adossé le maitre-autel. On y distingue les écussons de familles aujourd’hui disparues : La Porte, La Jaille, Avaugour. L’autel a été repeint dans sa couleur originale : gris clair avec des liserés dorés. Sur un livre, on remarque les 7 sceaux bretons correspondant aux 7 anciens diocèses.

 Une chaire sculptée

Une magnifique chaire de 1665 sculptée par Pierre Gaillard s’élance vers le ciel. Dans le transept gauche, un retable datant de Louis XIV a été restauré. Le Christ en croix accroché dans la nef provient de la Chapelle des Maristes de Saint Brieuc. C’est une copie de celui de la Cathédrale de Perpignan. Le chemin de croix a également été entièrement restauré.
Plusieurs statues ornent la chapelle : saint Joseph, saint Isidore, saint Antoine, sainte Jeanne d’Arc et bien entendu sainte Marie. Trois ex-votos donnés par des marins-pêcheurs rappellent les demandes de grâces faites par les marins qui partaient en Islande, à partir du port tout proche de Binic.
Un clocher modeste abrite la cloche qui date de 1565. Dans l’enclos, le calvaire en granit a été rénové en 1998.

 Six fois centenaire

La chapelle a été reconstruite dans les années 1408-1420. Le pape de l’époque, Urbain VI, avait d’ailleurs accordé une bulle d’indulgence en février 1387, en faveur de sa reconstruction. Il est écrit qu’au XVIe siècle, elle pouvait contenir tous les fidèles de la paroisse. Elle a d’ailleurs rempli pendant quelques années les fonctions d’église paroissiale avec son presbytère. Le village du Vaudic abritait alors plusieurs commerces dont un forgeron et 3 à 4 cafés. Les écrits soulignent qu’elle était aussi fréquentée que sa voisine, Notre Dame de La Cour, à Lantic. On enterrait les défunts dans le cimetière qui l’entourait alors.
Durant la Révolution, la messe se disait au Vaudic, chaque dimanche non-prohibé, souvent sur la semaine. Certains jours, il s’y disait même plusieurs messes. Le 8 septembre, on y célébrait l’office solennel du saint nom de Marie : c’était le pardon du Vaudic. Il donnait lieu l’après midi à des réjouissances très prisées par les jeunes des alentours (mât de cocagne, course d’âne…).

 La grande fête du pardon

Dans les années 1960, le pardon de Ste-Marie du Vaudic donnait lieu à une grande fête, le deuxième dimanche de septembre et des ventes étaient organisées le dimanche suivant.

Au départ, il s’agissait de la vente des vêtements des personnes décédées dans l’année pour venir en aide aux nécessiteux. Puis, se sont ajoutées les ventes de victuailles : vin, cidre, pigeons (une quarantaine dans les années 80)…. La vente aux enchères était animée par M. Le Rat qui se démenait sans compter pour écouler les différents lots. L’argent récolté servait à la restauration de la chapelle .

Cette animation s’est arrêtée, il y a deux ans.
« Cette chapelle fait partie de notre patrimoine, on aimerait la voir vivre davantage », souligne Jean Tréhen. Jusqu’en 2012, les amis du Vaudic construisaient chaque année une crèche de Noël dans la chapelle et une cérémonie avait lieu l’avant-veille de Noël.

 Ouverte tout l’été

Comme dans les autres chapelles de la paroisse Notre Dame de la Mer, une messe est célébrée au Vaudic, chaque année, durant le mois de mai. Le pardon a lieu le deuxième dimanche de septembre. « Nous organisons aussi une tombola le jour du pardon avec comme lots un porc de 100 kg et un porcelet de 30 kg offerts par un éleveur voisin ».
La chapelle est ouverte tous les jours durant l’été ainsi que le samedi et le dimanche toute l’année, sous l’œil bienveillant de M. Yvon Métayer. Et de temps en temps, comme ce mois-ci, elle résonne au son d’un illustre quatuor à cordes qui joue la musique de Schubert dans un cadre prestigieux.

Les autres chapelles de Pordic

  • La Chapelle Notre-Dame-de-la-Garde (1849), œuvre de l’architecte frère Cyprien. Elle est située à l’emplacement de l’ancien cimetière de la Croix-Guingard où reposent les victimes de la peste de 1631.
  • La Chapelle du Rosy (1785), au village du même nom, remplace l’ancienne chapelle du XVIe qui dépendait du manoir. Un retable date de 1785, orné de statues de la Vierge, de St Nicolas et de St François d’Assise.

Portfolio

JPEG - 46.9 ko JPEG - 28.4 ko

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF