Le Bonheur

lundi 13 octobre 2014
par  Yves CORBEL (Abbé)
popularité : 1%

Qui de nous n’en rêve … C’est une aspiration profonde d’accéder à un état complet de satisfaction et de plénitude, comme l’indique le dictionnaire.

C’est le désir des jeunes, celui des nouveaux mariés, des parents et des enfants dans les familles où l’on s’aime, celui de l’ouvrier qui se plait dans son travail, c’est la sérénité de l’homme âgé.

Mais nous savons que le bonheur est bien fugitif, comme disent les gens « le bonheur parfait n’est pas de ce monde ».

Quand on le regarde, ce monde, pour beaucoup le bonheur n’est pas au rendez-vous : guerres et atrocités, affamés qui coulent en Méditerranée, maladies, accidents et deuils. Il paraît même que le moral des Français est bien bas : peur de l’avenir, récession. Il est vrai que beaucoup sont mécontents. Il est vrai aussi que certains contestent « la bouche pleine ».

Si pour bon nombre le bonheur est loin d’être un état complet de satisfaction, il existe autant qu’il se peut.
Dans le livret qui servira au partage lors des réunions du M.C.R (Mouvement des Chrétiens Retraités) quelques pistes nous sont proposées.

Vivre le moment présent, ne pas passer son temps à ressasser le passé, ni à faire des projets d’avenir, vivre l’aujourd’hui de Dieu. Donner du temps aux autres, participer à ce qui se fait de bien, avec les autres, surtout ne pas se replier sur soi, avoir des amis pour passer de bons moments ensemble, ouvrir son cœur à Dieu.

Notre Pape François semble un homme heureux malgré la lourde charge qui pèse sur ses épaules. Il déclare : « Si les Chrétiens apprennent à sortir d’eux-mêmes et à rendre grâce à Dieu, ils comprendront réellement ce qu’est la joie qui nous rend libres ».

Ces temps forts de convivialité, source de bonheur, ne les a-t-on pas vécus ces temps derniers.
Le 30 août à Pordic, lors de la célébration à l’occasion du départ de Loïc et le 14 septembre à Plérin pour l’accueil de Roland. Célébrations très belles, suivies du verre de l’amitié, Ô combien fraternel !
Oui, le bonheur est possible, mais il faut le vouloir, le gagner et en cela Jésus, pour le Chrétien, reste le modèle et l’appel. Il nous donne 8 chemins dans le Discours des Béatitudes dont nous entendons la proclamation à la Toussaint.

Heureux ceux qui ont une âme de pauvres, qui ne courent pas après l’argent, qui ne passent pas leur temps à envier les autres, mais qui savent écouter, compatir, se dévouer et se contenter d’une vie simple et fraternelle.

Du bonheur, c’est bien ce que nous nous souhaitons les uns les autres.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF