Journée diocésaine de formation sur la pensée sociale de l’Eglise

« Eglise et société : un dialogue fécond au service de l’homme et de l’Evangile »
lundi 10 novembre 2014
par  Équipe EAP - Paroisse de Plérin-Pordic
popularité : 1%

L’intervenant était le père Armand Guézingar, professeur à l’UCO d’Angers,, fondateur de l’Observatoire Social de son diocèse ( Quimper). En présence de Mgr Denis Moutel, cette journée a rassemblé environ 200 personnes venues de tout le diocèse. Nous étions 7 personnes de notre paroisse N.D de la Mer, dont des membres de l’EAP et notre curé Roland le Gal.

Dans une ambiance d’écoute et de grand intérêt, le P. Guézingar a développé le thème : Eglise et société, la pensée sociale de l’Eglise en faisant référence aux grands textes : Encycliques dont Rerum Novarum, textes de Vatican11 et d’Assemblées des Evêques.

  • Quelques points sont relevés parmi d’autres :
  • Eglise et société, un dialogue entre vie et Evangile.
  • La difficulté à parler de solidarité mondiale.
  • La domination aujourd’hui de l’immédiateté.
  • Autre dominante d’aujourd’hui : celle de la finance

Doctrine sociale, enseignement social : la pensée sociale de l’Eglise nous met à l’unisson des autres organisations chrétiennes.
La pensée sociale de l’Eglise est là pour nous maintenir ouverts aux exigences du monde. Le social est à entendre par rapport aux questions de société. Le social c’est le monde où grandit le Royaume de Dieu. S’engager pour un social juste. Etre attentifs à ses frères parce- que c’est un appel qui nous vient de l’Evangile.… Une pensée sociale qui a une histoire (cf Rerum Novarum 1891, sur les conditions des ouvriers).La question du travail est développée comme expression de la personne humaine et non pas comme une marchandise.L’enseignement social insiste aussi sur la conversion des structures.

Enjeux de la pensée sociale pour l’annonce de l’Evangile :
La dimension de cette Evangélisation c’est « l’homme debout » La pensée sociale prend en compte le bonheur de l’homme :« Sacrement du Frère , Sacrement du Frère avec celui de l’Autel ». D’où l’importance du lien entre évangélisation et parole sociale.

Défis pour aujourd’hui :
Mettre l’homme au cœur de l’économie de marché. La question du travail et du non travail. Le travail avec sa dimension : subjective, objective, comme réalisation de soi, symbolique, sociale comme vecteur de la construction du lien social. La suprématie du travail sur le capital. Après un temps en ateliers pour réactions et points à approfondir suite à la conférence du matin, le P. Guezingar répond à nos questions (sacrement du Frère, travail…).

En conclusion : des appels :
La pensée sociale de l’Eglise fait partie de l’Evangélisation. Nous ne nous éloignons pas de l’Eucharistie quand nous aidons des gens à se parler. Nous sommes appelés à porter de façon(s) communautaire(s) nos fragilités. Enfin, se laisser enseigner par les hommes et les femmes de bonne volonté.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF