Es-tu Celui qui doit venir ?

mercredi 3 décembre 2014
par  Jean HAMON (Abbé)
popularité : 1%

Dans sa prison, Jean Baptiste se fait du souci. En son temps, il a rencontré Jésus, son cousin : il pensait sûrement que très vite, par Lui, les choses allaient changer. Le voici aujourd’hui rempli de doutes : ne s’est-il pas trompé sur son identité et sur sa mission ? Ses disciples doivent l’interroger : « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? »

Pendant 4 semaines, le temps de l’Avent nous invite à préciser notre réponse personnelle à cette question, quitte d’ailleurs à repérer les doutes qui demeurent en nous. Il est vrai que pour beaucoup de baptisés la réponse semble difficile. Face à la belle aventure du vrai Noël, devant la vague d’indifférence ou d’ignorance de beaucoup, très simplement nous rejoint la question de Jean-Baptiste : le soi-disant Sauveur de l’humanité dont Noël évoque la présence est-il réellement avec nous ?

Oui, l’attente des hommes est insatiable. Dans la multitude des propositions alléchantes, comment faire le bon choix ? Les nombreuses sollicitations publicitaires peuvent si facilement nous dérouter en nous faisant oublier l’essentiel de Noël ! Dans nos préoccupations de préparation de la fête, posons nous la question : depuis son passage parmi nous voici 2000 ans, qu’y a-t-il de changé ?

Où en sommes-nous, amis de Jésus ? A l’école des prophètes Isaïe et Jean-Baptiste, en compagnie de Marie et de Joseph qui attendent si intensément l’heureux événement de la naissance de l’enfant recherchons dans nos vies, pendant ces 4 semaines, l’impact précieux de Celui qui revient en ce Noël 2014, évoquer sa présence discrète et combien efficace, au service de notre humanité si inquiète.

Alors, la nuit de Noël, nous prendrons place dans la joyeuse compagnie des humbles bergers de Bethléem, les premiers adorateurs de l’enfant couché dans ce berceau de fortune. Avec ses parents, nous saurons apprécier les richesses d’invention de l’amour de Dieu pour nous. Loin de l’or des palais et la futilité des grands de ce monde, nous découvrirons comment dans la totale discrétion, le Dieu fait Homme rejoint tout homme qui reconnaît que sa pauvreté peut devenir un espace merveilleux où la vie de Dieu peut l’enrichir et l’épanouir. A nous de répandre la réponse de Jésus : « Grâce à moi, les aveugles voient, les sourds entendent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres ! »


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF