Le chapelet à la Miséricorde Divine

Sainte Faustine, choisie apôtre de la Miséricorde de Dieu
lundi 12 janvier 2015
popularité : 1%

Le 22 février 1931, à Plock en Pologne, Jésus apparaît à Sœur Faustine et lui dit : « Peins un tableau, de ce que tu vois avec l’inscription : Jésus, j’ai confiance en Toi ». Pour puiser à la Source de la Miséricorde, Jésus donnera un moyen : son image (Journal de Sœur Faustine 327).

Le sens donné par Jésus à cette image : l’adoration de Dieu dans le mystère de la Miséricorde
« Le rayon pâle signifie l’eau qui purifie les âmes, le rayon rouge signifie le sang qui est la vie des âmes … heureux qui vivra dans leur lumière » (Journal de Sœur Faustine 299).
L’image - dit Jésus - doit rappeler les exigences de Ma miséricorde. Car la foi, la foi la plus solide, ne sera rien sans l’action (Journal de sœur Faustine 742).
Jésus promettra le salut à tous ceux qui ont une confiance totale en Dieu et qui dans l’amour du prochain vénère cette image : « Je promets que l’âme qui honorera cette image, ne sera pas perdue ». (Journal de sœur Faustine 48). Beaucoup de grâces seront accordées aux âmes, il faut donc qu’elle soit accessible à tous (Journal de sœur Faustine 570). Jésus poursuivra « Je désire qu’on honore cette image d’abord dans votre chapelle puis dans le monde entier » (Journal de Ste Faustine 147).

Sœur Faustine : une sainte de notre temps

Née le 25 août 1905, 3e des 10 enfants d’une famille paysanne polonaise pauvre et pieuse, sans instruction, elle vivait une vie intérieure très profonde et simple. Elle entre à l’âge de vingt ans dans la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde. Jésus lui a confié une mission pour toute l’humanité destinée à rappeler les vérités de la foi sur la Miséricorde Divine pour chaque personne dans l’esprit de confiance en Dieu et de Miséricorde pour le prochain. Sainte Faustine sera rappelée à Dieu le 5 octobre 1938 dans la maison de la Congrégation à Cracovie. Elle sera la première sainte canonisée en l’an 2000 par le Saint-Père Jean-Paul II qui lui-même sera canonisé le 27 avril 2014, jour de la fête de la Miséricorde.

Un chapelet dicté par Jésus (Journal 475/477)

« Les âmes qui réciteront ce chapelet seront enveloppées par ma miséricorde pendant leur vie et surtout à l’heure de la mort. » (Petit Journal 754).

Les prières suivantes sont récitées sur un chapelet ordinaire :

  • Au début : Notre Père …, Je Vous salue Marie …, Je crois en Dieu …
  • Sur les gros grains, une fois : Père Éternel, je T’offre le Corps, le Sang, l’Âme et la Divinité de Ton Fils Bien-Aimé, notre Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.
  • Sur les petits grains, 10 fois : Par sa douloureuse Passion, prends pitié de nous et du monde entier. (Entre chaque dizaine, on peut dire ses intentions, on peut aussi venir pour une dizaine ou faire dire ses intentions si on ne peut pas venir).
  • Pour terminer, 3 fois : Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel prends pitié de nous et du monde entier.
  • Et une fois : Sang et Eau sortis du Cœur de Jésus comme Source de miséricorde pour nous, j’ai confiance en vous.

Dans cette prière, nous nous unissons au sacrifice de la Croix de Jésus pour le salut du monde. Nous invoquons cet amour que Dieu le Père a pour son Fils et pour tout homme. Nous accomplissons un acte de miséricorde en demandant « la miséricorde pour nous et pour le monde entier ». Nous pouvons espérer la réalisation des promesses du Christ liées à la récitation de ce chapelet.

« A Trois heures, implore ma Miséricorde, tout particulièrement pour les pécheurs. Et, ne fût-ce que pour un bref instant, plonge-toi dans Ma Passion … C’est là une heure de grande miséricorde pour le monde entier … En cette heure, Je ne saurais rien refuser à l’âme qui Me prie, par Ma Passion » (Journal 1320).
par Régine Moreau

Le M.C.R. proposera ce chapelet chaque mois, un vendredi à 15 heures, dans une église église ou dans une chapelle.


Documents joints

PDF - 32.9 ko

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF