Peut-on rire de tout ?

mardi 13 janvier 2015
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

L’actualité met en avant ces jours-ci que la Liberté ne se saucissonne pas, et que la liberté d’expression et donc « d’impression » journalistique est sacrée, soit !

Le rire, dit-on, est le propre de l’homme ; quand il est spirituel, bien tourné, il permet de se distraire de la banalité quotidienne, et même de se dés-angoisser.
La plupart des humoristes français contemporains ne connaissent plus les limites de l’humour, versant souvent dans une dérision qui s’attaque aux sentiments les plus sacrés.

Y-a-t-il place à un humour de qualité, respectant quand même certaines limites ?

Humour n’est pas dérision qui est moquerie méchante.
Humour c’est une vision un peu décalée conduisant au sourire.
Le sourire est parfois narquois, manifestant un doute plus ou moins approbatif.
Mais il est parfois expression de jeu intérieur, petite joie exprimant un certain amusement, dans le respect des personnes !
Chrétiens, les psaumes nous invitent à la joie : joie de baptisés, fiers d’être co-héritiers du Christ, et surtout animés d’Espérance. Pour nous et pour le monde entier, puisque le Salut est pour tous.
Abraham, âgé, recevant la promesse d’une descendance se mit à rire (Gn17,17) ; sa femme Sara également stérile moins démonstrative « rit en elle-même » à cette annonce car elle doutait. Dieu le lui reprocha car son rire était empreint de doute. Ils appelleront leur enfant Isaac « Dieu sourit ».
A plusieurs reprises Jésus manie l’humour. Le « rendez à César ce qui est à César » en montrant l’avers et le revers de la médaille est certes un clin d’œil humoristique. Loin de bafouer la Loi lévitique, Jésus la dépasse, la parachève. Devant la femme adultère, Jésus baisse les yeux, écrit sur du sable, ce qui n’est pas pérenne ni sérieux, et l’évangéliste de dire qu’ils s’en allèrent en commençant par les plus vieux … ce qui n’interdit pas un léger sourire.
L’humour sémitique teinté d’expression méditerranéenne fait le plus souvent dans l’exagération. Il est plus difficile à un riche d’entrer au Royaume qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille … et certains se font eunuques pour le Royaume. Tant pis pour Abélard, mais la lettre tue, alors que l’esprit vivifie. D’ailleurs n’est-il pas surprenant que le mot esprit exprime aussi un degré de compréhension : avoir de l’esprit, être spirituel veut aussi dire amener au sourire !
Dans « La Croix », le billettiste Alain Rémond écrivit « le mariage du pape », se gaussant des médias, un lecteur s’en offusqua, comme quoi l’humour n’est pas toujours partagé.
Les « mardis des Bernardins » ont consacré une émission Humour contre-pouvoir dans la politique.
En somme, à condition de ne pas tomber dans le vulgaire et la méchanceté, l’humour est décapant, car il oblige à une relecture en s’attachant à un aspect des choses. On ne parle pas ici de vérité … mais d’une certaine distanciation qui souligne la relativité, un mol oreiller du doute, puisque in dubiis libertas, la liberté là où il y a choix.
Mais, peut-on rire de tout ? En stigmatisant les fondamentalistes et en croquant le Prophète, ne risque-t-on pas de choquer les musulmans sincères ? Jadis on apprenait « non ridendo de sacris », on ne rit pas du sacré.
Désormais pour beaucoup de gens, il n’y a plus de sacré … quelle perte ! Le besoin de transcendance est pourtant fondamental en tout être humain.

info document - JPEG - 8.5 ko

info document - JPEG - 8.5 ko


Voir le site : Les slogans joints font partie d’une campagne du Secours Catholique de 2012

PS :

Extrait du dictionnaire de la spiritualité humoristique* :
Noces de Cana : chapitre vingt, verset beaucoup (à lire à haute voix) ; mais le lecteur sérieux pourra avec profit lire l’Évangile selon St Jean : chap 2 verset 1 à 12 -
enfin pour la route … une annonce pascale : on dit que Jésus apparut d’abord à des femmes … pour que la nouvelle se répande plus vite. (Pardon mes sœurs )

  • Editions de l’Emmanuel.

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF