La Famille

Ce que nous en dit le Pape François
lundi 9 février 2015
par  Jean Le BIANNIC (abbé)
popularité : 1%

Le pape François a toujours conscience qu’une communauté ne peut être épanouissante que si les membres qui la composent remplissent bien leur mission, selon leur situation dans cette communauté. D’où ces réflexions sur les différentes personnes qui composent la famille.

  Sommaire  

 Papa – maman

Tout d’abord, le pape nous invite à remercier nos parents : « Chacun de nous doit beaucoup à ses parents, ils nous ont donné la vie, ils ont pris soin de nous et continuent de se préoccuper de notre existence quotidienne et de notre croissance. N’oubliez pas de remercier Dieu pour vos parents. Même si parfois votre relation n’est pas très bonne. »

Le rapport parental commence très tôt puisque « dès le sein de notre mère, nous apprenons à reconnaître sa voix et celle de notre père ; le ton d’une voix nous fait percevoir l’amour ou le mépris, l’affection ou la froideur ».

Le rôle éducatif de la maman est particulièrement important : « Une mère aide ses enfants à grandir, elle les éduque à ne pas céder à la paresse, à ne pas se reposer dans une vie facile où l’on se contente de posséder uniquement des choses afin qu’ils soient capables de prendre des responsabilités, de s’engager dans la vie, de tendre vers de grands idéaux.
Une mère pense aussi à la santé de ses enfants en les éduquant à affronter les difficultés de la vie ; elle aide les enfants à regarder avec réalisme les problèmes de la vie, à les affronter avec courage, à savoir les dépasser, dans un sain équilibre qu’une mère ‘’sent’’ entre les lieux de la sécurité et les zones de risques. Une maman sait équilibrer les choses. Une vie sans défis n’existe pas et un jeune garçon ou une jeune fille qui ne sait les affronter en se mettant en jeu est un jeune garçon ou une jeune fille sans colonne vertébrale.
Ce que nous affirme la foi est vrai : il ne faut jamais perdre l’espérance. Combien d’exemples en ce sens nous ont donné nos parents et nos grands-parents en affrontant, à leur époque, de dures épreuves avec un grand courage et un esprit de sacrifice »
Enfin, dans l’accompagnement des enfants dans leur croissance, « une bonne mère aide aussi à prendre des décisions définitives, dans la liberté. Une bonne mère sait le faire. »

 Les enfants

Le premier regard du pape porte sur le respect de la vie, de la vie de l’enfant à naître. Il invite à garantir « une protection juridique à l’embryon et protéger chaque être humain dès le premier instant de son existence. » Parfois le confort nous ‘’anesthésie’’ parce qu’en fin de compte « nous nous trouvons bien dans le confort, » lequel souvent peut être déterminant pour le choix d’avoir un enfant.
Dans l’histoire du salut, avoir des enfants est considéré comme une bénédiction. Ainsi en est-il d’Abraham (He 11,20-21). « Le foi peut aider à comprendre toute la grandeur et toute la richesse de la génération d’enfant, car elle fait reconnaître en cet acte l’amour créateur qui nous donne et nous confie le mystère d’une nouvelle personne. C’est ainsi que, par sa foi, Sara est devenue mère, en comptant sur la fidélité de Dieu à sa promesse. » (He 11,11)

Le pape rappelle une expression de parents brésiliens : « les enfants sont la pupille de nos yeux ». Les yeux sont la fenêtre à travers laquelle la lumière entre en nous et nous offre le miracle de la vision. La jeunesse est la fenêtre à travers laquelle l’avenir entre dans le monde. Notre génération se révèlera à la hauteur de la promesse qui est en chaque jeune quand elle saura lui offrir un espace et lui assurer les conditions matérielles et spirituelles nécessaires à son épanouissement, lui donner de solides fondements sur lesquels il puisse construire sa vie, quand elle saura lui transmettre des valeurs enracinées pour lesquelles il vaille la peine de vivre, lui confier en héritage un monde qui corresponde à la mesure de la vie humaine et réveiller en lui les meilleures potentialités pour être coresponsable du destin de tous.

Le pape n’oublie pas les petits : « Tous les enfants doivent pouvoir jouer, étudier, prier et grandir dans leurs propres familles, c’est leur droit et notre devoir. Une enfance sereine permet aux enfants de regarder avec confiance vers la vie et l’avenir. Malheur à ceux qui étouffent en eux l’élan joyeux de l’espérance. »
Il pense aussi « à ceux qui ont souffert et souffrent à cause des abus. Je voudrais les assurer qu’ils sont présents dans ma prière. Nous devons tous nous engager avec clarté et courage pour que chaque personne, en particulier les enfants, soit toujours défendue et protégée. »

En effet, les petits ne sont-ils pas nos modèles ? La douceur que Jésus veut de nous est simple, comme celle d’un enfant ; et un enfant n’est pas hypocrite, parce qu’il n’est pas corrompu. Demandons au Seigneur que notre langage soit le langage des simples, le langage de l’enfant, le langage des fils de Dieu : donc parler dans la vérité de l’amour.


Voir le site : 200 portes ouvertes pour les familles

Documents joints

200 portes ouvertes pour les familles

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF