La Fraternité

Edito de l’Abbé Yves Corbel - Février 2015 -
samedi 31 janvier 2015
par  Yves CORBEL (Abbé)
popularité : 1%

Liberté, égalité, fraternité, c’est la devise de la France qui figure sur le fronton de nos mairies.
De ces trois vertus, la fraternité n’est-elle pas le parent pauvre en ces temps d’individualisme ?

Mais voilà qu’à l’occasion de la tragédie du 7 janvier, il y a eu en France comme un sursaut. Tout un peuple s’est levé dans un élan de solidarité et de fraternité. Et le 11 janvier, des millions de nos compatriotes ont marché côte à côte, main dans la main pour dire non à la barbarie et oui à la liberté de l’expression.
Ils ont marché ensemble à Paris et dans le grandes villes, jeunes et adultes, blancs et noirs, d’options politiques différentes, de gauche et de droite, de religions diverses, dans une ambiance de communion.
Nous gardons en mémoire le visage d’une France qui retrouve son unité nationale. Puisse cette unité dans les différences perdurer !

La fraternité c’est très beau et ça donne de la joie, et ne doit-elle pas exister dans nos familles et le moindre de nos villages ?
Quel bonheur d’avoir vécu un temps fort de foi et de joie lors des assemblées de Noël ! Quel bonheur quand les familles se rassemblent lors des fêtes de fin d’année et pour les anniversaires ! Quel réconfort quand le décès touche l’un de nos proches et qu’on se sent entouré d’amis et de voisins !
Toutes les fêtes qui rassemblent les gens d’un village ou d’une commune dans une bonne ambiance sont occasion de fraterniser.

Je me souviens de ce fait : un soir d’été des gens s’étaient rassemblés pour partager le repas. Par la suite l’un d’eux me confiait « jusque là on était comme des étrangers, tout juste bonjour, bonsoir. Maintenant on s’arrête volontiers pour parler ensemble ».

Quelle que soit notre religion, la fraternité est source de joie et de bonheur, mais pour un chrétien c’est impératif : « tout homme est mon frère ».
Elle demande accueil de l’autre et respect des différences, elle demande attention et écoute, esprit de service et de partage, mais aussi de pardon et de réconciliation.
« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » dit Jésus.
En ce sens, notre pape n’est pas en reste. il n’a de cesse de nous demander de nous tourner vers « la périphérie ».
Oui, liberté, égalité mais aussi fraternité.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF