Pèlerinage de confiance 2014 Taizé à Prague

lundi 23 février 2015
par   Catherine PIRON, Yves PIRON
popularité : 2%

La communauté de Taizé, en Bourgogne, fête ses 70 ans. Le frère Roger, son fondateur, aurait 100 ans. C’est Frère Aloïs qui lui a succédé.
Autour des frères de la Communauté, à Prague en République tchèque, nous avons vécu, avec 30000 jeunes, des temps de prière, des temps de silence.

C’est avec nos jeunes de Seine et Marne, et sur leur demande, que nous sommes partis le soir du 28 décembre 2014, en car, de Bussy Saint Georges .

Taizé est un lieu de ressourcements et aussi de rencontres, c’est pourquoi nous nous y rendons régulièrement. En fin d’année, c’est l’occasion d’accompagner des jeunes dans une ville d’Europe pour ce fameux pèlerinage européen. Nous sommes logés chez l’habitant ; cela favorise les partages. Chaque matin nous sommes accueillis dans la paroisse attenante avec les autres jeunes de tous pays logés aux alentours.

Les chants de Taizé, dans leurs multiples langues, nous amènent à prier, accompagnés par des musiciens locaux. En carrefours, nous étions environ 300 pour prier et échanger, et autant le soir du 31 décembre pour fêter la nouvelle année avec la dynamique paroisse qui nous a si bien accueillis.

A Prague, lors du temps des francophones, nous avons rencontré notre évêque de Saint-Brieuc et les jeunes bretons, dont 38 Costarmoricains, accompagnés de leur aumônier le Père Mickaël Levacher. Le Père Denis Moutel est l’évêque délégué en charge de la pastorale des jeunes au niveau national. Il a connu la communauté de Taizé en tant que jeune prêtre et cela ne l’a pas quitté depuis.

“Notre confiance reste fragile au long de notre vie, c’est en la partageant avec d’autres qu’elle grandit”. Ainsi s’exprime le Frère Aloïs, prieur de la communauté.

Frère Aloïs a aussi évoqué la rencontre de 1990 dans la même ville de Prague, avec l’appel du président Vaclav Havel à rechercher les sources de la foi et de nouvelles valeurs spirituelles après des années si dures de privation de liberté. L’enjeu est grand pour les jeunes, 24 ans plus tard : chercher, dit Frère Aloïs, dans la paix que donne le Christ “un nouveau goût de vivre”.

Le soir du 31 décembre, dans le hall d’exposition, c’était la grande prière pour la paix et nous avions tous, des milliers, une bougie allumée, à prier en unité.

Pour conclure nous voudrions vous livrer les paroles de Frère Aloïs, lors des temps de prière du soir à Prague :

“C’est une joie que la rencontre européenne ait réuni autant de chrétiens des différentes confessions et aussi des gens qui ne partagent pas la foi en Christ, mais qui cherchent à être artisans de paix.

Le Christ a donné sa vie pour rassembler les humains dans une grande famille. Il appelle ceux qui le suivent à être un signe de paix dans le monde. C’est pour constituer un tel signe que la réconciliation en chrétiens est tellement urgente.

Acceptons d’avancer sur une voie que nous ne connaissons pas d’avance et de nous appuyer sur cette parole d’Isaïe ‘’je vais guider les aveugles sur des sentiers qu’ils n’avaient jamais suivis’’.

Nous donnons confiance à l’Esprit Saint pour qu’il nous guide sur des sentiers encore inconnus. Son inspiration nous prépare à devenir d’authentiques témoins de communion.”


Portfolio

JPEG - 57.4 ko JPEG - 57.7 ko
Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF