“ Vivants et fragiles ”

lundi 23 février 2015
par  Mariette MIGNARD
popularité : 2%

Santé tel est le thème décliné le dimanche dédié par l’Église de France au monde de la santé. C’est le dimanche proche du 11 février, fête mondiale des personnes malades.

Ce dimanche de la santé est un temps privilégié pour tous, chacun habité par la fragilité qui lui est propre ; celle liée au handicap, à la survenue de la maladie, au temps du vieillissement ; fragilité du soignant confronté aux limites des avancées de la science pour soulager celui qu’il aimerait tant guérir, fragilité de l’aidant, du visiteur …
Vivants ! C’est notre souhait, c’est aussi notre vocation d’enfants de Dieu, sauvés pour vivre, pour croître, pour aimer.
La fragilité qui fait souvent partie de nos vies peut être un obstacle à notre développement ou une richesse, et parfois les deux.
Fragiles, certains le sont plus que d’autres. Les personnes en fin de vie sont fragiles et vulnérables. Le dernier document remis par les députés Alain Craeys et Jean Léonetti dans le but d’actualiser la loi dite “Léonetti” pose autant de questions qu’il n’en résout.
Sur le site de la Conférence des Évêques de France et particulièrement sur le blog dédié à la fin de vie [1], vous trouverez des textes et des réactions dont celle de Mgr Pierre d’Ornellas.
Nous sommes à votre disposition pour toutes informations et tous éclaircissements.
Fragiles, les personnes malades, âgées, handicapées le sont plus que d’autres.

La Pastorale de la santé est à leur service dans le diocèse tout au long de l’année :
Les équipes d’aumôneries des cliniques et des hôpitaux [2] rassemblent 19 aumôniers, 200 bénévoles sur 16 sites hospitaliers. Des liens sont constamment à tisser entre la paroisse du domicile de la personne hospitalisée et l’aumônerie.
Le Service de Présence fraternelle [3] est un service paroissial, ses bénévoles visitent les personnes à domicile ou en EHPAD.
Relais Lumière Espérance [4] , mouvement national, souhaite être mieux connu dans le Diocèse.
Son objectif est de sensibiliser les paroisses à la maladie psychique et de faire connaître ses services. La maladie psychique fait peur, elle isole les malades et leurs familles de la société et les maintient dans une grande souffrance. Dans ce mouvement, les familles écoutent, s’entraident humainement et spirituellement.
La Direction des pèlerinages [5], la Pastorale de la santé et l’Hospitalité diocésaine [6] organisent en octobre 2015 un pèlerinage à Rome pour des personnes porteuses d’un handicap moteur, sensoriel ou mental.
Pour tous renseignements, écrire à :
adpelerinage diocese22.fr
ou
pastoralesante@diocese22 .fr


PS :

Voir aussi : http://saintbrieuc-treguier.catholi…



Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF