On court … On court … Halte !

dimanche 1er mars 2015
par  Jean MABUNDI (Abbé)
popularité : 1%

Depuis le mercredi des Cendres, l’Église du monde entier est entrée en Carême, dans la préparation à la fête de Pâques, la plus grande fête des chrétiens. Cette période de 40 jours a été instituée depuis le 4e siècle, pour nous permettre de renouveler la ferveur de notre engagement de baptisés.

Nous essayons de marcher à la suite de Jésus qui, le premier, a observé un Carême exigeant. L’évangile de Marc, du premier dimanche de Carême de cette année liturgique B, nous présente le Fils de Dieu poussé au désert par l’Esprit, tenté par Satan et vivant parmi les bêtes sauvages pendant 40 jours. Vainqueur de toutes les tentations, Jésus nous invite à nous joindre à sa révolution ; une révolution intérieure que chacun et chacune de nous doit opérer.

Entrer en Carême, c’est mettre le cap sur Jésus, nous laisser bouleverser par sa personne, son amour, sa Parole ferme, ses attitudes parmi ses contemporains. L’Église nous propose trois moyens pour raviver la flamme de notre engagement chrétien : le jeûne, la prière et le partage. Trois piliers de toute spiritualité authentique. Les deux autres religions monothéistes, le judaïsme et l’islam, comme notre Christianisme, le recommandent particulièrement.

Pour mieux vivre ce Carême, nous avons besoin de nous alimenter à la Parole de Dieu. Une autre Parole au milieu de nos bavardages, celle qui nous touche au cœur et nous arrache un geste d’amour, de paix et de pardon … Une Parole qui nous évite de profiter de l’échec du faible et d’exploiter sa naïveté …

Le Carême sera pour chacun et chacune d’entre nous l’occasion de revisiter les priorités et les objectifs de nos vies, de les redimensionner : la place de Dieu et des sacrements face à nos veaux d’or, nos efforts de résolution des conflits qui empoisonnent nos relations, le pardon à donner ou à demander, l’influence de nos addictions diverses, notre solidarité avec ceux qui portent le fardeau de la souffrance, de la maladie, de la solitude, de la discrimination … l’importance de nos loisirs par rapport au reste …

Cette belle et exigeante montée vers Pâques ne vise pas la perte de notre poids physique pour préserver notre ligne ; elle est une nouvelle manière de vivre et de progresser dans notre relation avec Dieu, avec nos semblables. C’est le lieu de faire nos choix dans la joie d’un cœur purifié !
Bon Carême à chacun et à chacune, à tous.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF