Dans le Souffle de l’Esprit … les inattendus de Dieu

lundi 11 mai 2015
par  Marie-Aimée ROUAUX
popularité : 2%

« Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va.
Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit ! » ! (Jn 3).

Dans ce verset de l’Evangile selon Jean, c’est Jésus, Lui-même, qui donne cette interprétation des manifestations de l’Esprit, à un certain Nicodème venu le trouver - de nuit, est-il précisé dans le texte.
Le Souffle divin, le Vent qui porte la parole, est toujours prêt à surprendre tel que Jésus le laisse entendre avec un certain humour, jouant sur les mots esprit, vent et souffle, de même origine.
« L’Esprit souffle où il veut », affirme Jésus. Il est comme le vent dont « on entend la voix », voix tonitruante ou plus souvent discrète, ou même encore à peine audible comme cette voix de « fin silence » qui se manifeste au prophète Élie réfugié dans une caverne à l’Horeb … (1R 19,12).
« Personne ne sait », souligne Jésus. N’est-ce pas étonnant cette méconnaissance de la manière dont Dieu agit pas son Esprit ? D’ailleurs, Jésus s’étonne de la réaction de Nicodème : « Tu es maître en Israël, lui dit-il, et tu n’as pas la connaissance de ces choses ! »

A plusieurs reprises dans son Évangile, Jean souligne cette méconnaissance des choses de l’Esprit chez les croyants. En voici quelques exemples :

  • A Cana, l’eau est devenu vin mais le Maître du repas ne sait pas d’où vient ce vin (Jn 2,8).
  • Les gens de Jérusalem disaient : « Lorsque viendra le Messie, personne ne saura d’où il est »
    (Jn 7,25s)
  • L’apôtre Thomas répond à Jésus qui annonce son départ et son désir de retrouver ses disciples :
    « Nous ne savons même pas où tu vas, comment pourrions-nous connaître le chemin pour te rejoindre ? » (Jn 14,4-5)
  • Marie de Magdala s’écrie près du tombeau vide : « Ils ont enlevé mon Seigneur et je ne sais pas où ils l’ont mis ». Marie cherche le corps de Jésus alors qu’Il se tient là à côté d’elle, mais elle ne savait pas que c’était Lui (Jn 20,13-14).
  • Un peu plus tard, alors que les disciples étaient repartis à la pêche, Jésus apparaît sur le rivage, mais eux non plus ne savaient pas que c’était lui (Jn 21,4)… Cependant, le « disciple que Jésus aimait » dit alors à Pierre : « C’est le Seigneur ! » (Jn 21,7). C’est ce disciple, dont il est dit qu’ entrant dans le tombeau vide au matin de la résurrection de Jésus : « Il vit et Il crut » (Jn 20,8).
    La connaissance de Dieu, c’est-à-dire, cette relation avec Dieu au sein de l’Alliance, est liée à la profondeur de la foi et à la grâce divine. C’est pourquoi, Jésus s’adressant à la femme samaritaine lui dit son profond désir de la voir s’ouvrir à la grâce : « Si tu savais le don de Dieu et quel est Celui qui te demande à boire ! » (Jn 4), alors ta soif se changerait en désir d’eau vive, et l’eau amère de ta vie en vin de noces…

Savoir, connaître ou reconnaître les manifestations de l’Esprit, tel est l’enjeu de notre vie spirituelle au cœur du quotidien. Combien de fois, nous nous désespérons de ne pas avoir été écoutés dans nos prières alors que le Seigneur était auprès de nous mais nous n’avons pas su reconnaître sa Présence.
« Veillez » recommande Jésus, car vous ne savez ni le jour ni l’heure ». Les visites du Seigneur Jésus sont souvent surprenantes aussi met-Il en garde contre le manque de vigilance et de confiance.
Mais, quelle qu’en soit le moment, si nous restons fidèlement « en tenue de service », service de la prière, service de la Parole, service du « frère », alors quelle joie de reconnaître, dans l’inattendu d’une rencontre, d’un évènement, ou dans le secret de l’Adoration, la Présence de l’Époux révélée par l’Esprit, et de nous écrier, comme sur le rivage de la Mer de Galilée (Jn 21) avec le « disciple que Jésus aimait » : « C’est le Seigneur ! ».

Lors de « l’Annonciation », Marie, la « Comblée de grâces », toute à l’écoute de son Dieu, a « reconnu », dans la pureté de son cœur, la voix divine portée par le Messager de Dieu, car son âme était en attente, et le « Oui » de Marie a porté son Fruit.
C’est pourquoi, plus particulièrement en ce mois de mai qui lui est dédié, et dans la préparation de la grande fête de l’Esprit qu’est la Pentecôte, c’est avec Marie, la Première à l’Écoute, que l’on peut, au-delà de nos incertitudes, nous engager à dire avec foi et amour :

" Viens Esprit Saint, viens nous visiter.
Donne nous un cœur qui écoute,
Ouvre notre intelligence,
Éclaire nous dans nos ignorances ,
Aide nous à porter un fruit qui demeure.
Maranatha,
Viens Seigneur Jésus ! "


Voir le site : François : l’Esprit saint crée du mouvement et de l’harmonie dans l’Église

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF