Des femmes au Panthéon !

mardi 26 mai 2015
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

« Aux grands hommes, la Patrie reconnaissante »

Telle est la devise inscrite sur le frontispice du Panthéon à Paris.
Notre vocabulaire est bien pauvre … quand on dit les hommes, il faut aussi embrasser les femmes, puisque désormais deux grands dames vont rejoindre Marie Curie et Madame Berthelot.

A vrai dire, la patronne de Paris, Sainte Geneviève, et Jeanne d’Arc y sont déjà … mais en tableau !
Il est juste et digne … de mettre en lumière, d’élever sur le pavois, les personnalités exceptionnelles qui ont marqué l’Histoire.
Jadis, comme le fit Virgile, en introduisant l’Enéide « arma virumque cano » ( je vais chanter les armes et l’homme) la gloire était surtout militaire. Les temps ont changé, désormais la reconnaissance et donc la gloire peuvent et doivent être attribués à d’autres champs d’exploit.
Voilà donc Germaine Tillon (ethnologue) et Geneviève de Gaulle-Anthonioz (fondatrice d’ATD Quart-Monde) toutes deux déportées à Ravensbrück, qui vont entrer en ce lieu idéal de la gloire posthume, au Panthéon, ce Temple laïc de la République. [1]
Le Président de la République, en célébrant leurs exploits, ne manquera pas de les proposer en exemple.
Traditionnellement, enfin dans l’Antiquité, seuls les dieux - et les grandes déesses - avaient droit de cité en ces Panthéons. Certains étaient dédiés à un dieu protecteur de la ville ; il nous plaît de nous rappeler que notre Panthéon national se remémore toujours un peu Sainte Geneviève, protectrice de Paris, du moins dans le nom de la Montagne Ste Geneviève.
Rome possède aussi un Panthéon ; monument certes antique mais conservé intact.Temple romain donc païen, mais devenu église en 609, vouée à la Vierge Marie et aux Martyrs.
A l’occasion de la canonisation d’Anne-Thérèse Guérin, en 2006, des habitants d’Etables-sur-mer ont eu l’occasion de le visiter. C’est évidemment un monument remarquable et émouvant. Les Tagarins ont admiré la coupole sur laquelle le soleil entre par les interstices transformant la voute en véritable cadran solaire.
Les païens honoraient leurs dieux, et pour n’en oublier aucun, célébraient un culte à tous les dieux, en Panthéon, ( tous les dieux )..
La République, en faisant entrer de nouvelles femmes au Panthéon, essaie de rattraper l’Histoire, en faisant justice à des femmes célèbres. C’est un nouvel acquis de notre civilisation.
Mais dans l’Histoire de l’Église, il y a belle lurette que parmi les saints, on compte de nombreuses femmes ; l’Église a même donné le titre de docteurs de l’Église à quelques saintes, initiant ainsi une bien normale parité .
Sans tomber dans le panthéisme, ne célébrons nous pas tous les saints, chaque 1er Novembre ? Cela nous permet de les regrouper en une fête commune, et d’en oublier aucun.
Car la gloire et la notoriété des saints sont images de Celui qu’ils ont si bien imité et sont donc associés dans la Préface de la Messe des saints ; ne dit-elle pas que le Seigneur par ce culte
« honore ses propres dons » ?
C’est un devoir de mémoire qui vaut bien les fastes de la République pour ses Grands Hommes.


[1ndlr : avec elles entreront aussi le journaliste torturé par la Gestapo Pierre Brossolette et le ministre du Front populaire Jean Zay, assassiné par la milice - ces quatre figures de la Résistance entreront au Panthéon ce mercredi 27 mai


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF