Quelques questions à Anne et Jean (2e partie)

Voyage en Arménie, première nation chrétienne
mercredi 22 juillet 2015
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

Jean et Anne Neillo, de St-Laurent-Plérin, ont participé avec Terre Entière à un voyage en Arménie orienté sur la connaissance de la religion de ce pays. Ils témoignent.

L’Arménie a été la première nation à adopter le christianisme comme religion officielle au tout début du IVe siècle où dit-on « le tout-puissant établit le paradis terrestre ». L’Arménie, un petit pays, peuplé de 3 360 000 habitants, chrétiens à 90% répartis sur 29800 km2. Aujourd’hui, le pays a été amputé à l’ouest par la Turquie où s’élève le Mont Ararat (5 160 m) dont les neiges éternelles garderaient les vestiges bibliques de l’Arche de Noé, et à l’est par l’Azerbaïdjan.

 Quelles étaient vos motivations pour aller en Arménie ?

« Il y a quelques années, nous avions visité la partie turque de l’Arménie. À Saniurfa (Édesse) où sont apparues les premières communautés, nous avions rencontré un prêtre syriaque et entendu les difficultés des arméniens pour pratiquer leur culte chrétien en Turquie. Cela a suscité ma curiosité. Je voulais aller un jour en Arménie pour m’imprégner de la tradition biblique, comprendre l’histoire et la fidélité de l’Arménie au christianisme. D’où mon exposé limité à l’origine du christianisme arménien », confie Jean.

« Ce pays a connu le régime soviétique, le génocide de 1915 et le séisme de 1988 (150 000 morts) », ajoute Anne. « Je voulais mesurer les souffrances de ce peuple, confronté en plus à un climat et une géographie difficiles. Après tout ce qui a été vécu en un siècle, je voulais savoir où en sont les arméniens, aujourd’hui ».

 Que retenez-vous comme points forts de ce voyage ?

« D’abord, le calme, l’accueil, la sérénité et l’attachement des arméniens à leur religion. Les arméniens respectent les personnes, y compris les étrangers. On peut, par exemple, se promener le soir dans les villes sans problème », précise Jean. « J’ai également été frappé par la foi des arméniens. Nous avons assisté à des offices où les chants témoignaient de la grande ferveur des fidèles. Dans les églises, le chœur est l’espace sacré strictement réservé aux célébrants ».

« Le paysage très montagneux, le climat rude et froid et la pauvreté des arméniens m’ont frappée », souligne Anne. « On observe encore les ruines liées au tremblement de terre de 1988. Les arméniens sont inquiets sur l’avenir de leur nation, menacée par les pays voisins mais confiants dans la capacité de l’Arménie à surmonter les épreuves. Ils n’attendent rien de l’Occident. Ils conservent une bonne opinion de la Russie. Pendant l’occupation russe, la religion a été mise en sourdine. Depuis l’indépendance de l’Arménie en septembre 1991, la sphère religieuse revit. »

 Comment est vécu, aujourd’hui, le génocide arménien de 1915 ?

Il reste une blessure très vive, quasiment impossible à cicatriser, compte tenu des atrocités commises. Des villages entiers ont connu un vrai massacre. Près d’1,5 million d’arméniens ont subi un génocide. Ils ont été déportés et tués alors qu’ils sont très pacifistes. Ils ne pardonnent pas aux turcs et attendent que ceux-ci reconnaissent le mal qui a été fait, alors que la Turquie est signataire de la Convention de l’ONU de 1948.

 Que vous apporté ce voyage ?

D’abord une meilleure connaissance de la situation de l’Arménie au niveau historique, humain et religieux. Nous avons également été très sensibles au vécu religieux actuel des arméniens. L’Église apostolique arménienne, religion officielle d’état, avec à sa tête le catholicos d’Etchmiadzine. En dépit des invasions multiples, le pays continue à défendre son attachement à l’Église pour protéger sa singulière identité.
Dans cette religion, lors du baptême, les enfants reçoivent aussi les sacrements de l’eucharistie et de la confirmation. Lors des offices, toute la famille participe à l’eucharistie, y compris les bébés. Les jeunes sont très présents et actifs, les séminaires sont pleins… C’est un contexte très différent de ce que nous vivons en Europe.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF