L’Evangile du Dimanche 23 Août 2015

popularité : 1%

21è dimanche du T.O.
Josué 24,1-2a.15-17.18b. / Ps 34(33),2-3.16-17.18-19.20-21.22-23. / Ephés. 5,21-32. / Jn 6,60-69.
Au temps de Josué, chaque peuple avait son dieu, et il était normal de changer de dieu quand on changeait de territoire. Israël fait exception : Yahvé est le Dieu d’Israël et son Dieu l’accompagne dans ses pérégrinations. De plus, Yahvé est le Dieu de tous les peuples et Israël a pour mission de leur annoncer. Ce récit relate le moment où les 12 tribus d’Israël sont invitées à professer leur appartenance à Yahvé en excluant toutes les divinités locales.
Fils de ce dieu universel, c’est bien le Christ qui est l’exemple du don parfait, dit Paul. Il donne sa vie pour son épouse, l’humanité. « Soyez soumis les uns aux autres », dit-on aux jeunes époux. Cette soumission du Christ n’a rien d’oppressif ni d’asservissant mais elle épanouit dans une communion parfaite des cœurs et des volontés. Ce signe de l’amour du Christ va jusqu’à l’offrande en sacrifice pour les hommes ; ce qui choque les scribes. Jésus met fin définitivement à des siècles de sacrifices passant par le sang versé d’un être vivant ou le feu de produits du sol. Désormais, les croyants s’uniront à son sacrifice ultime dans le rite d’un repas fraternel et à travers des gestes de vie.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,60-69

En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? »
Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit : « Cela vous scandalise ?
Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant !…
C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie.
Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait.
Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »
À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner.
Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.
Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »


Voir le site : Dimanche dans la ville

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF