Vous avez dit « Valeurs » ?

mercredi 25 novembre 2015
par  Kerprat
popularité : 1%

Que voilà un mot très employé en ces temps troublés !

Habituellement ce mot fait appel à l’intérêt, à l’estime ou au prix de quelque chose.
Quand un objet nous intéresse, nous évaluons l’opportunité de l’acquérir. Pour un objet de valeur, il faut en connaître le prix. Certaines ventes aux enchères recueillent un succès médiatique, car leur valeur est, dit-on, inestimable, et le prix en conséquence…

A Paris a été créée la Bourse, la Bourse des valeurs. Son palais repose sur quatre piliers, les statues de la Justice, la Fortune, l’Abondance et la Prudence. C’est dire l’importance des valeurs traitées dans ce palais, valeurs financières, mobilières, et titres divers, cotés ( donc jugées, évaluées) en Bourse.
En musique, on sait qu’une blanche a deux fois la valeur d’une noire.

Mais la valeur s’applique également aux personnes. Elle est graduée : l’échelle des valeurs s’étend d’un simple adjectif, valeureux, vaillant, pour les actes de courage ou de dévouement, aux médaillés notamment ceux qui arborent la Médaille Militaire. Le Panthéon et l’Arc de Triomphe à Paris en sont aussi des symboles de valeur.
Enfin chacun sait, avec Rodrigue devant le Comte que la valeur n’attend pas le nombre des années .
Nous attachons du prix à ceux qui signalent leur valeur, qu’ils soient dignes d’estime sur le plan moral, intellectuel ou professionnel. La valeur est signe d’excellence. Tant pis pour les vauriens (ceux qui ne valent rien).

Depuis le XVIIe siècle, le mot valeur a pris un sens important dans la vie publique. Les autorités, Constituantes, légiférantes, ont fondé les lois sur des principes ; motivations qui sous-tendent des attitudes ou des comportements. En somme, un accrochage par le haut à un idéal de vie en commun.
Les valeurs doivent, (devraient) faire partie de l’éducation ; l’adhésion à ce concept de valeur est un socle fondamental, dans tous les domaines, sociaux, politiques etc..

Liberté, Égalité, Fraternité sont affichées comme valeurs républicaines. Bel idéal qu’il ne faudrait pas se contenter d’écrire sur les calicots lors des manifestations, mais mettre en pratique dans la vie quotidienne. Citoyens en consensus sur ces principes, donc empreints de sens civique, telle est la logique comportementale.

Bernard Cazeneuve à Strasbourg le mois dernier, reprenant les paroles fortes de Jean-Paul II au Bourget en 1980,qui disait :« on sait la place que l’idée de liberté, d’égalité, de fraternité tient dans votre culture, dans votre histoire » a reconnu que ces concepts avaient une origine chrétienne..

Oui, de Saint Augustin pour la liberté des chrétiens, à Saint Paul pour l’égalité, et à Jésus pour la fraternité, les motivations ne manquent pas dans notre thésaurus évangélique.
Pour le chrétien, ces valeurs républicaines sont des moyens, des points de repères dans la vie en société. Mais ce ne sont pas des valeurs impersonnelles ou de simple bonne conscience. Elles ont été vécues avec excellence en la personne de Jésus. Et ne les trouve-t-on pas résumées en un seul mot : amour.
Un mot ? non ! une Personne .
La Foi chrétienne ne se contente pas de mots, de slogans ou de devises, elle est adhésion à une personne, puisque Dieu est amour.
Lui, la source de toutes nos valeurs, vérité, liberté, justice, respect des autres.

« Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie »
C’est Jésus qui l’a dit !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF