« Ils sont partis … par un autre chemin »

mardi 11 janvier 2011
par  Bernard LE NEEL
popularité : 2%

Des Théophanies à l’Epiphanie.

La date de Noël aurait un lien avec le solstice d’hiver, le soleil remontant à l’horizon. Dans l’antiquité, les grecs célébraient Apollon-Phébus, le « brillant » en des fêtes qualifiées de Théophanies. Ce devait être difficile pour des gens aussi éclairés que les grecs de se contenter des idoles, d’où cette irruption du divin à travers un « beau dieu » comme Apollon. Dieu se manifestant à travers un être ! C’est un beau mythe ; mais tout mythe illustre une certaine vérité.
A l’origine de toute religion, en effet, il y a une sorte de théophanie, une manifestation du divin, sous une forme ou une autre.

« Dieu invisible se fait parfois reconnaître dans des signes extérieurs »
( dit l’encyclopédie Théo).

Notre Dieu n’est pas que le Tout-Puissant siégeant sur les espaces infinis, il se manifeste aux humains, autrement qu’en Apollon ! Avec Jésus ce Dieu sera manifesté,( épiphanié) en Père, le Miséricordieux.

Moise et Elie en seront les premiers voyants, dans les théophanies, ces présences de Dieu, au buisson ardent et au Sinaï. La colonne de nuée le jour, de feu la nuit, dans le périple au désert des Hébreux, manifeste la présence de Dieu près de son peuple. Là est la source de l’Alliance, ce contrat entre Dieu et les hommes.

Au baptême donné par Jean, précurseur comme Elie, une voix venue du ciel qualifie Jésus de Fils bien-aimé, théophanie manifestant la mission de Jésus. Pour nos frères orthodoxes, dont l’Epiphanie est une très grande fête, c’est le Baptême du Christ qui est appelé appelé Epiphanie (« manifestation ») ou Théophanie : c’est-à-dire manifestation de la Divinité du Christ et première claire révélation du Mystère de la Sainte Trinité.

Plus avant, Jésus, lors de sa Transfiguration, invitera Moise et Elie à cette
« manifestation », soulignant ainsi l’harmonie entre les théophanies de l’Ancien et du Nouveau Testaments. « Par son visage resplendissant comme le soleil, ses vêtements éblouissants, Jésus apparaît dans sa double nature d’homme et de Fils de Dieu » (op. cité)

L’originalité de l’Epiphanie, si on peut dire, est qu’en ce petit bout d’homme, dans sa fragilité de bambin encore nourrisson, Dieu manifeste qu’un SAUVEUR est offert au Monde, un salut planétaire.

Les bergers, fils de l’Alliance, ont certes été les premiers invités à la crèche ; mais désormais c’est toute l’humanité à travers les mages venus d’Orient, qui bénéficie du salut. L’harmonie – ce thème si cher à nos frères orthodoxes - se concrétise en cette théophanie, l’Epiphanie : le Jésus que nous adorons à la crèche avec les mages est déjà notre sauveur.

Couché dans la mangeoire en bois, il annonce le bois de la Croix. Quant à l’or, l’encens et la myrrhe, ces cadeaux royaux, ils donnent un avant-goût de Christ-Pantocrator : le Christ ressuscité dans sa gloire. Alleluia !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF