Prime à la casse

mardi 11 janvier 2011
par  Bertrand LE NOUVET
popularité : 1%

La prime à la casse, cet encouragement à nous débarrasser des voitures anciennes, c’est fini. A force d’en faire la publicité, certains auraient pu penser qu’on encourageait aussi les casseurs à battre leur record les nuits de réveillon.
En ne publiant pas le score de voitures incendiées, le ministre a voulu éviter la surenchère.

Ce mot de prime, nous l’aimons en Trégor et Goëlo car il évoque la pomme de terre prime, et tous les légumes qui s’y plaisent. Il y a quelque chose d’inédit, de nouveau dans ce mot qui sous-entend la virginité. Ne pensons pas aux primes d’assurance qui vont augmenter, ni aux primes des fonctionnaires, qui sont des gratifications, certes opportunes mais non comptabilisées dans le salaire. Restons optimistes avec ce mot prime qui en son abréviation de premier a un aspect attirant. On en reparlera cet été quand le Tour de France viendra chez nous, il y aura des primes à gagner en haut de côtes.

Par contre le mot casse nous fait plus peur. On a oublié la casse des typographes au Petit Echo de la Mode de Chatelaudren, où les linotypistes rangeaient les caractères d’imprimerie. Minuscules ou Majuscules, on a oublié leur casse !

Désormais, à part le retentissant « Casse-toi, pauvre… » on retient surtout le sens de casseur, ce parasite friand de fin de manifestation. Casser c’est plus violent que briser. De casser du sucre sur le dos de quelqu’un à casser en miette, c’est réduire en poussière, annihiler en somme. Quoique … les casse-autos ne sont pas des cimetières stériles, certains y trouvant la pièce utile peu chère, et le propriétaire … la fortune. Casser pour recycler, passe encore, n’est-ce pas George, « we recycle » !

En ce début janvier, on peut penser au petits garçons qui aiment casser leur jouet, exutoire à leur besoin d’autorité sur la chose, aux adultes qui cassent leur relation pourtant scellée dans la joie.

Mais demeurons obstinément optimiste ne voulant pas casser les pieds, casser, détruire, si c’est pour reconstruire, en mieux, alors oui. Voyons ces tours, ces barres d’habitation des années 50 qu’on dynamite, si c’est pour bâtir un univers meilleur, bravo.

Que 2011 soit une Prime à la Cause, à l’altruisme.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF