La fraternité, vécue par Tom

lundi 25 janvier 2016
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

Tom, 23 ans, est l’un des résidants du Courtil de l’Ic à Pordic. Il ne peut pas se servir de ses bras ni de ses jambes. Avec sourire et bonne humeur, il fait face à son handicap.

 Tom, pouvez-vous nous présenter le Courtil de l’Ic ?

Depuis 2012, le Courtil de l’Ic accueille à Pordic, de manière permanente, 40 personnes handicapées ; il dispose également de 4 places temporaires. Je suis arrivé au Courtil en janvier 2013, un an après son ouverture et je m’y sens bien.

 Que signifie pour vous vivre en fraternité ?

C’est essayer de partager ce que je ressens intérieurement. Je relie la fraternité à la notion de missionnaire en essayant de trouver les moyens pour permettre aux autres d’avoir un meilleur accès à la religion catholique. C’est difficile de ne pas faire de différences entre personnes croyantes et non-croyantes et d’en parler librement avec les non-croyants.

 Comment pratiquer la fraternité au quotidien ?

En étant tolérant avec les personnes qui sont en grandes difficultés, en les écoutant, en leur apportant un peu de chaleur. Le soutien mutuel, l’entraide, la transmission de la chaleur humaine entre résidants et personnel salarié me semblent très importants pour pouvoir vivre ensemble.
Le Courtil de l’Ic est organisé en trois unités disposées en étoile avec au centre un patio qui est le cœur de la maison. C’est là que peuvent se nouer les relations entre les résidants. Quand quelqu’un a un souci médical ou psychologique, on essaie de lui apporter notre soutien, notre solidarité.

 Pratiquez-vous des activités ensemble ?

Oui, les activités sont nombreuses et diversifiées. Nous avons par exemple des activités sportives et culturelles avec même des Olympiades deux fois par an. Sur une semaine, nous concourrons en équipes, ce qui permet de mieux se connaître et de nouer les relations entre résidants, de partager et de s’entraider.
J’ai également eu l’occasion de participer à des courses officielles en joëlettes qui sont des fauteuils tout terrain mono-roue, conduits par des valides et qui permettent à toute personne à mobilité réduite de randonner. Valides et non-valides sont ici solidaires dans la fraternité.

 Spirituellement, comment vivez-vous la fraternité ?

Je participe aux messes du dimanche, à Pordic, trois fois par mois, avec l’aide de paroissiens qui nous aident à accéder à l’église. C’est un exemple de fraternité. J’ai aussi une expérience de pèlerinage international de personnes handicapées à Lourdes avec l’Ordre de Malte.
Et j’ai également participé aux J.M.J. de Madrid, de Rio et bientôt de Cracovie en Pologne, grâce à une association (la B.I.F.) d’Ile de France, dont je suis originaire. Lors de ces rassemblements, je peux réfléchir sur les différents thèmes, échanger avec d’autres jeunes sur la manière de conduire ma vie. Au retour, ce n’est pas facile d’en parler avec les autres résidants, certains ont parfois des idées préconçues et peuvent mal interpréter mes paroles. Chacun a son vécu et ce n’est pas facile d’annoncer la bonne nouvelle aux chrétiens non-pratiquants.


PS :

Voir l’article sur le foyer Ker spi : http://cplittoralouest.catholique.f…


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF