Partage de la galette … et Accueil

vendredi 14 janvier 2011
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

Lantic le 9 Janvier

Près de 180 personnes s’étaient inscrites dimanche pour un après-midi festif à Lantic.

Elles sont venues de tous les relais de la Paroisse d’Etables à l’appel du Père Jean ; ce fut un moment de célébration toute conviviale.

Déjà à l’arrivée, à la porte de la salle des fêtes, les paroissiens ne se précipitaient pas vers les tables bien décorées par les fines mains lanticaises ; ce n’était pas la gourmandise qui dictait, mais la joie de se retrouver, tous relais confondus. L’accueil allait être au menu, mais il apparaissait déjà … en acte.

Après avoir souhaité la bienvenue à son « peuple rassemblé » …. Bon jour ! le Père Jean annonçait qu’il avait fait appel à un pro de la communication en entreprise, le diacre Pierre de Rosambo.
C’est honorer ses hôtes que de faire appel à un intervenant qualifié.

Pierre de Rosambo pendant une vingtaine de minutes, temps moins long qu’une conférence, mais plus long qu’une homélie, développait ce thème de l’accueil. Pourquoi l’accueil ? parce que le Conseil pastoral a choisi cette idée forte d’accueillir pour annoncer Jésus-Christ frère de tous.

Le diacre a introduit son exposé : accueil entre nous, membres de divers relais, et accueil des autres, à l’extérieur en somme de l’Eglise.

La particularité des premiers chrétiens était le « voyez comme ils s’aiment », car la caractéristique de la communauté chrétienne doit être la communion, cette force d’amour qui fait grandir l’Eglise, et donc ses membres.

L’accueil trouve sa source en Christ, notre modèle et en notre prochain, en tant qu’image visible du Christ. Et de citer Mère Térésa qui voyait dans le moribond sur le trottoir, le Christ lui-même.

Cette source, d’après Rosambo, rencontre souvent des résistances, il ne faut pas les nier, mais les surmonter. Ainsi la peur de se rencontrer, comme s’il y avait des différences entre les gens de Lantic et ceux de Tréveneuc ? Déjà dans nos familles ne se méfie-t-on pas de la nouvelle venue, la « pièce rapportée » ? La richesse d’une paroisse c’est plutôt de recueillir les divers apports des relais.
Si c’est difficile, il y a toujours le recours à L’Esprit du Seigneur, seule la grâce peut faire en nous communion avec les autres.

Enfin, concluait-il, il faut développer cette volonté de communion : cesser d’avoir peur de l’inconnu. Cela nécessite un regard bienveillant et positif sur les autres et une empathie pour partager les joies et les souffrances des autres.

En somme Pierre de Rosambo a mis tout le monde gentiment devant ses responsabilités.

C’est parfois nécessaire et tonique.

Le gâteau partagé, et la fève, a rendu les rois et les reines d’un jour bien heureux, ainsi que tous les convives. L’ambiance joyeuse fut alimentée par les histoires de Georges, ce bout-en-train si dynamique.

Ecce quam bonum et quam jucundum , habitare fratres in unum chantions nous jadis.
Oui on est vraiment bien quand on se retrouve ainsi en famille
( traduction approximative )

Ayant bien assimilé ce qui a été dit sur l’accueil, nous ne garderons pas cette joie pour nous, c’est auprès de tous nos voisins et relations que nous devons aller porter témoignage de ce qui nous anime.


Portfolio

JPEG - 48.6 ko JPEG - 72.1 ko JPEG - 68.9 ko JPEG - 72.8 ko JPEG - 71.7 ko JPEG - 72 ko

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF