L’Evangile du dimanche 21 février 2016

par  Jean-Marie RABAIN
popularité : 1%

2e dimanche de Carême
Gn 15,5-12.17-18. / Ps 27(26),1.7-8.9abc.13-14. / Philip. 3,17-21.4,1. / Lc 9,28b-36.
La 1re lecture relate le récit de l’alliance entre Dieu et Abraham. Cette alliance a pour effet de lier Dieu au sort de la vie sur terre. Il veut que l’aventure humaine sur terre réussisse mais il a besoin de notre collaboration pour assurer son projet.
Paul nous donne la clé de cette collaboration : « Imitez-moi ; mettez-vous à la recherche du Christ. » Nous voici invités à revoir nos priorités, en cohérence avec l’Evangile. Paul affirme que Dieu, en récompense, transformera nos corps mortels en corps glorieux. La seule exigence est de savoir écouter son Fils. Sa parole nous conduit à la transfiguration intérieure.
Le récit de la transfiguration met en lumière la destinée ultime de Jésus, en marche vers sa Passion-Résurrection. La croix se dresse aussi sur notre chemin. Il nous est proposé d’affronter les épreuves et les échecs comme autant d’étapes à franchir dans notre lente élévation vers notre pleine humanité et vers la demeure de Dieu. L’évocation des tentes nous fait savoir qu’il n’est pas bon de rester sur les crêtes, loin des réalités. Il faut aussi redescendre dans les vallées, là où se trouvent les assoiffés espérant un geste d’évangile, une parole d’amour, un regard.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,28b-36

Environ huit jours après avoir prononcé ces paroles, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier.
Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante.
Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie,
apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem.
Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés.
Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait.
Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent.
Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le ! »
Et pendant que la voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF