45 ans de relations fraternelles et solidaires avec le Burkina Faso

lundi 22 février 2016
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

Depuis 1970, un groupe de plérinais participe à des actions humanitaires au Burkina-Faso. Rencontre avec Marie-Aimée Rouaux qui a été très active durant ces 45 années de partenariat avec des associations burkinabè.

La présidente et le vice-président de l'Association de Kordié avec l'un des orphelins plantant un manguier devant la Maison de la Femme et de l'Orphelin.
La présidente et le vice-président de l’Association de Kordié avec l’un des orphelins plantant un manguier devant la Maison de la Femme et de l’Orphelin.

 Comment a démarré ce partenariat ?

C’est en novembre 1970 que tout a commencé avec la rencontre d’une religieuse burkinabè, amie de la famille, Sœur Emilia Bouda. Dès cette époque, un petit groupe de solidarité a été créé ici pour soutenir les actions de Sœur Emilia et de sa petite communauté insérée dans un quartier très pauvre de Ouagadougou. Les relations se sont ensuite développées et en 1978, notre groupe s’est constitué en association. En 1983, le pays a pris le nom de Burkina Faso et notre association est devenue « Amitiés-Burkina-Bretagne » (A.B.B.).

 Quelles ont été les principales actions ?

Un voyage en 1980 a été le déclic d’une relation avec une association de Kordié, une commune rurale de 15 000 habitants sur laquelle il n’existait qu’un poste de santé. Notre association a été sollicitée pour la création d’un dispensaire-maternité qui a été inauguré en 1984. D’autres infrastructures ont suivi pendant une douzaine d’années.
L’année 1992 a marqué un tournant dans nos activités avec Kordié car le développement du VIH-sida a fait des ravages dans la population rurale burkinabè. Des familles ont été décimées avec pour conséquence bon nombre d’orphelins. Il fallait scolariser ces enfants. Nous avons répondu positivement à plusieurs associations locales, ce qui a donné lieu à des parrainages scolaires. Nous avons pris en charge des enfants du primaire puis du Collège et nous avons suivi plusieurs jeunes dans leurs études universitaires ou professionnelles. Leur réussite a été une grande joie.

 En 2000, vous êtes à nouveau sollicités ?

En 2000, A.B.B. est entrée en contact avec une nouvelle association burkinabè, l’AFAOS-K (Association féminine pour l’avenir des orphelins du Sida de Kordié). Au fil des ans, cette association s’est développée et s’est engagée dans la promotion de la femme. Elle a souhaité disposer d’un grand local pour ses activités. Elle nous a sollicités pour la construction d’un bâtiment qui sera un Centre social de formation et d’informations.

 Vous avez donc créé une deuxième association ?

Oui, car l’association A.B.B. particulièrement orientée depuis 20 ans vers la scolarisation pouvait difficilement répondre à cette demande. J’ai donc créé avec quelques amis une association-soeur qui s’appelle « Ker Soleil 22 » en mai 2012. L’association A.B.B., présidée depuis 2013 par Marie-Béatrice Nicol, poursuit parallèlement son œuvre de scolarisation tandis que « Ker Soleil 22 » travaillait activement à l’édification du bâtiment tant par l’Association féminine de Kordié.

 Quelle est la vocation de ce bâtiment ?

En février 2015, une grande fête d’inauguration a marqué l’entrée en service de la Maison de la Femme et de l’Orphelin. Ce bâtiment a pour vocation de permettre la formation des femmes, leur alphabétisation ainsi que l’apprentissage de petits métiers lucratifs. En 2016, il reste à terminer l’aménagement intérieur, la clôture, la mise en place de panneaux solaires car la maison n’est pas électrifiée.
La présidente de Ker Soleil 22, Marie-Aimée Rouaux, lance un appel à tous les bénévoles intéressés par ces projets.

 Relation avec l’Eglise burkinabè

Parallèlement, dans l’esprit de la mission inter-églises, nous avons beaucoup travaillé avec des communautés religieuses : Avec les Filles du Saint Esprit de Koudougou et de Diébougou, les Sœurs Augustines à Banfora, avec les Sœurs de l’Immaculée Conception auprès de l’École des Catéchistes etc. En Afrique, Évangélisation et actions humanitaires vont de pair.

Contact :
Marie-Aimée Rouaux
tel 02 96 33 54 06
marie.couvran42 orange.fr


Voir le site : Burkina Faso

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF