Il y a 40 ans, dans les vignes languedociennes, Montredon.

samedi 5 mars 2016
popularité : 1%

Le 4 mars 1976, une compagnie de CRS de Toulouse tombait dans un guet-apens en Narbonnais.

Le Commandant Le Goff qui avait survolé souvent cette région en tant que chef du nouveau Service de Canadaires, tombait, frappé d’une balle à ailettes en pleine tête.

Cdt Le Goff

Ce fut un drame pour sa famille et pour les fonctionnaires de Police. La raison d’État n’était pas loin, puisqu’à Paris on savait que des viticulteurs avaient préparé leurs armes…sans que les compagnies sur le terrain n’en fussent informées.

Dès le lendemain, les officiers des différentes compagnies engagées furent réunis pour envisager la nouvelle tactique à mettre en œuvre. Jusque là en effet les CRS étaient bien habitués à la gestion des manifestations, même violentes. Mais pour la première fois, des concitoyens tiraient à balles sur des forces de l’ordre. On se souvient de 1968, où les CRS ont montré leur expertise.
Pour avoir servi en coopération à l’étranger, je peux témoigner que cette expertise en « crowd control » est universellement appréciée.

4 jours après, alors que des obsèques solennelles devaient être célébrées au Château de Lespinet à Toulouse, au cours de la nuit, retentit une explosion.
Notre logement de fonction était doté d’une vieille chaudière à charbon. J’ai cru qu’elle avait explosé. Je fais alors le tour de l’immeuble, mais ne remarque rien d’anormal.
Enfilant pantalon et pull, je me dirige vers le Poste de Garde pour leur demander une patrouille pour visiter tout le casernement. Mention est faite sur la main courante du poste : RAS.

Dès le matin,du 8 mars, à 9 h, le Commandant me dit « alors, lieutenant, on a des voix, on se prend pour Jeanne d’Arc ? », je lui confirme que nous avons bien entendu une forte explosion, et lui d’affirmer que la garde de nuit n’a rien trouvé d’anormal.

C’est dans la matinée que nous serons informés que des membres du Gari se sont faits exploser en voulant placer une bombe dans l’enceinte du casernement. Il faut préciser que le Château du Petit Lespinet, le casernement de la CRS, jouxte le campus universitaire. Les « révolutionnaires » venaient de ce campus et tentaient de couper le grillage de clôture pour y déposer leur bombe, probablement près du podium officiel. Le ministre Poniatowski échappa ainsi à un attentat.

Quant à moi, grâce au SCTIP, Service de coopération internationale, je serai commis voyageur en « Maintien de l’Ordre », exportant le savoir-faire CRS, « crow control » en Afrique et au Pakistan pendant 11 ans. J’y ai été heureux, et ai perçu et profité du prestige dont bénéficie le Corps des CRS à l’étranger.

Mais en ce 40e anniversaire du décès en « tenue de service » du Commandant Le Goff, et du viticulteur également victime, mes pensées sont pleines d’hommage posthume, et de fidèles prières pour ceux qui paient cher pour la Paix Publique.

Commandant B.Y LN


Voir le site : Montredon-des-Corbières

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF