Des Hosties bio ?

vendredi 11 mars 2016
par  Kerprat
popularité : 1%

Des Carmélites de Savoie viennent de créer des hosties sans gluten ; demain elles garantiront que leur blé est sans OGM.
Bientôt apprendra-t-on que des moines du Lubéron ou de Saint-Emilion produiront un vin de messe sans alcool, on n’arrête pas le progrès.

Ce n’est pas faire injure au dogme de la transsubstantiation, ni manquer de respect envers la Sainte Eucharistie, d’admettre que les accidents demeurent. La substance, l’être de l’être est que le Christ est présent dans l’ Hostie consacrée ; mais les accidents, c’est la vue, la couleur, l’odeur, le goût. Christ s’incarne, se chosifie en somme sous les apparences du pain et du vin. Pour nous les humains, ces apparences demeurent.

Plusieurs sacrements utilisent des produits qui devront peut-être être revus. L’eau bénite que le célébrant nous projette, est-elle si pure ? n’a-t- elle pas ramassé au passage des particules fines, donc polluée ?
Le Saint Chrême et autres saintes Huiles, à base d’huile d’olive, dite pure, mais dont la traçabilité n’est pas évidente.
Enfin l’encens, que certains asthmatiques voudraient bien tenir éloigné, car il les fait tousser.

Du calme, il faut raison garder. « Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur », chantons-nous, n’altérons donc pas les fameuses apparences, et respectons les bons produits naturels. N’abusons pas du principe de précaution.

Dans le mystère de l’Incarnation, l’Esprit-Saint ne s’est pas soumis au principe de précaution. Jésus a été conçu, portant des gènes hébreux, un ADN que saint-Mathieu indique dans sa généalogie… un patrimoine génétique un peu chargé.
Jésus incarné, tout laisse à penser qu’il avait quand même beaucoup de qualités humaines. Il était plutôt grand, bien charpenté, en bonne santé, un bel homme.
Ses qualités psychiques et intellectuelles, d’après les évangiles, le montrent compatissant, doté d’un esprit de répartie, perspicace, cultivé et même savant, très sociable avec ses amis disciples, ouvert envers tous, bref, un homme complet.
On trouvait qu’il parlait avec autorité, parfois avec hardiesse, ce qui pouvait lui attirer des ennuis. Un sacré caractère universellement reconnu.
Tel l’agneau sans tache, d’un an, mâle, destiné au sacrifice , Il s’est offert pour notre salut.

A sa suite, les chrétiens sont invités à être le sel de la Terre. Un sel aussi bio ? manipulé pour être désalinisé ? Que ne dit-on pas sur le sel ? Point trop n’en faut dans l’alimentation… ménageons nos artères ; mais si le sel s’affadit, avec quoi le saleront-on ?

Finalement, c’est l’Église elle-même qui doit être bio, sans gluten, sans pesticides etc…
Sa substance est divine, mais ses accidents sont encalminés par les aléas de l’Histoire. Depuis Vatican II, elle vit un aggiornamento pour un plus grand retour à la fidélité de l’Évangile.
Faisons confiance à « l’Esprit qui renouvelle la face de la Terre ».


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF