AlphaGo le Léviathan ?

mardi 15 mars 2016
par  Kerprat
popularité : 1%

AlphaGo, le programme d’intelligence artificielle de Google est génial, prodigieux, mais aussi fabuleux. Fabuleux en ce sens qu’il s’avère mythique, posant un problème d’ontologie humaine.

Dans la Bible (Gn 1.28) Dieu dit « soyez féconds … emplissez la terre et soumettez-la » Fécond c’est être productif, ingénieux, et mettre en valeur la Terre et tout ce qui est bon pour les hommes. Soumettez-la suppose une responsabilité à son égard. Pas étonnant que l’on soit admiratif des progrès scientifiques et des retombées technologiques. Les avancées du génie humain nous comblent d’admiration.
La vue des chaines actuelles de production où l’on voit des robots visser, souder, déplacer des tôles, automatiquement , à la place des humains de naguère, quelle libération de tâches de forçats ! Dans le domaine médical, l’implantation de puces électroniques apportant une aide à des organes ou des muscles défaillants, quelle réussite.

Le pape François dans Laudato’Si, n’a-t-il pas tiré la sonnette sur certaines recherches scientifiques : « les progrès scientifiques, disait-il, les plus extraordinaires, les prouesses techniques les plus étonnantes… s’ils ne s’accompagnent d’un authentique progrès social et moral, se retournent en définitive, contre l’homme » .

La partie de jeu de société qui a permis à AlphaGo de battre le brillant Lee-Se-Dol n’est pas un jeu pour amuser la galerie ; c’est un pas de plus vers le transhumanisme. Les protagonistes de cette dernière théorie, leur ambition, ne se cachent pas de vouloir dépasser tous les handicaps humains. Bravo tant qu’il s’agit de pallier des dysfonctionnements anatomiques, mais halte quand on touche à l’essence même de l’homme. L’exploit de AlphaGo laisse se pointer la tentative d’être plus humain que l’homme on n’ose dire surhomme. Des médecins ou biologistes ne rêvent-ils pas au clonage humain ?
L’ontologie chrétienne de l’homme s’accroche à l’idée que l’homme dans sa dignité est une personne libre, dotée d’intelligence et d’affectivité. Tout homme est une histoire sacrée, vouloir lui apporter un mieux-être est louable, mais tout en respectant sa structure fondamentale, l’essence de l’être humain.

Au vœu divin du « Soyez féconds , soumettez la Terre », était joint la prescription ne ne pas manger du fruit de l’arbre. Le serpent l’avait bien compris qui disait à Eve « vous serez comme des dieux ».
Le scientifique qui essaie d’aller au-delà du donné humain, certes toujours perfectible, risque de franchir l’interdit de « l’arbre de la connaissance ».

Le brave Job, de la Bible, implorait la Sagesse Divine, voyant le Léviathan détruire l’ordre existant. Plusieurs significations de ce mythe sont données, mais l’idée est que ce monstre des eaux est dévorant, destructeur « sa vue seule suffit à terrasser, il devient féroce quand on l’éveille, nul ne peut lui résister » Job 42.1-2.
Julien Green a bien décrit ce mythe du Léviathan dans son roman éponyme, le héros du roman voulant dominer et posséder la jeune Angèle, au point de la violer et de la tuer car elle résistait.

Retenons que Léviathan symbolise bien l’homme , démiurge, qui a la prétention de rivaliser avec Dieu. Ne voit-on pas des détenteurs de pouvoir prétendre nous protéger en sacrifiant nos libertés, en nous imposant la passivité de la publicité, du marketing, ou lors des campagnes politiques ?
Dans intelligence artificielle, il y a artifice, mot ambigu qui signifie aussi tromperie, manipulation, abus et duperie.
AlphaGo n’est qu’un début, l’orgueil est un moteur efficace. AlphaGo sent le fagot.


Voir le site : AlphaGo

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF