« La joie de l’amour » et les conclusions du synode sur la famille

lundi 23 mai 2016
popularité : 2%

Éclairage sur l’exhortation apostolique « Amoris laetitia » (La joie de l’amour) par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, Président délégué du Synode sur la famille.

Cardinal André Vingt-Trois

L’exhortation apostolique « Amoris laetitia » est la conclusion que le Pape François a tirée des sessions du synode des évêques de 2014 et 2015. Le Pape s’est largement inspiré des débats auxquels il a assisté de bout en bout et des conclusions que les pères synodaux lui ont transmises. L’intitulé de l’exhortation est une indication précieuse sur l’esprit général de la réflexion du Pape. Il s’agit d’un appel à l’espérance dans la force de l’amour, ciment de l’expérience des familles. Cette tonalité est déjà un appel à un déplacement de nos réflexes spontanés qui abordent les questions de la famille comme un terrain dangereux ou, au moins, problématique.

 Pas de catalogue

Mais ce n’est pas le seul déplacement auquel nous sommes appelés. Il nous faut aussi entrer dans la perspective fondamentale de la démarche du Pape. Il nous invite à considérer les réalités familiales d’un point de vue essentiellement pastoral. Il ne vise pas à établir un catalogue de règles générales que nous devrions et que nous pourrions appliquer en toutes circonstances. Il veut au contraire nous impliquer dans un véritable travail qui consiste à reprendre et méditer le message du Christ et de la tradition chrétienne sur la famille et à chercher comment ce message peut nous aider à accompagner les familles. Nous ne devons pas attendre de cette exhortation apostolique qu’elle nous fournisse un « kit » de solutions applicables à toutes les situations. Ce n’est pas un code du permis et du défendu. C’est un appel à éclairer des personnes dans les situations où elles sont.

 Le discernement spirituel

L’art de la pastorale n’est pas simplement une application automatique de lois générales à des situations particulières. C’est un art d’accompagnement dans l’amour que le Bon Pasteur porte à chacun de ceux qui lui sont confiés. Il convient donc de partir des personnes et des réalités telles qu’elles se présentent, de chercher à les comprendre, de scruter les éléments positifs sur lesquels pourrait s’appuyer un désir de conversion et de progrès, bref, d’exercer un discernement spirituel. Cet art du discernement ne peut se mettre en œuvre que si nous nous mettons sous la lumière du Christ et de ses appels à la sainteté. Pas plus que les appels du Christ à la sainteté ne visaient à enfermer ses auditeurs dans leurs faiblesses, le discernement spirituel ne vise à exclure les pécheurs. Il vise à susciter chez eux le désir d’une vie meilleure et la résolution pour prendre les moyens d’y parvenir.
Sans entrer dans un inventaire impossible, le Pape n’escamote pas les difficultés et les blessures qui frappent les familles et il invite les Églises à affronter ces défis en n’oubliant jamais que la famille est un vaste tissu de relations qui ne se limite pas au couple des époux et qui englobe plusieurs générations solidairement liées. Cette mission d’accompagnement personnalisé suppose que la formation des personnes capables de la mener soit développée et sans cesse actualisée, pour qu’elles soient accessibles à celles et ceux qui en ont besoin.

C’est la mission que nous confie le Pape au terme de ce synode.

Mgr Brunin « Un message pour toutes les familles »
Pour le Président du Conseil Famille et Société, Mgr Brunin, évêque du Havre, l’exhortation apostolique a, comme l’encyclique « Laudato Si’ », une portée universelle, car « la famille est une réalité qui concerne tous les hommes ». Il pousse l’analogie avec l’écologie, en parlant d’« écologie familiale », comme d’une composante de l’écologie intégrale, prônée par « Laudato Si’ ».
Ce texte met notamment en avant la formation de la conscience et le discernement d’éléments positifs dans des situations qui peuvent paraître « imparfaites ou inachevées ». L’évêque du Havre a redit qu’il n’y avait pas de changement doctrinal et que la posture du Pape ne se situait pas au niveau de « normes, règles ou interdits » mais plutôt d’un « appel à vivre la famille de façon évangélique ». L’Église est « en service d’humanité dans une société en perte de repères ». La famille, pour l’Église, est bien « une expérience humaine et humanisante ».

Voir le site : Exhortation apostolique : « L’Eglise est comme un phare »

PS :

La joie dans l’amour avec la Pastorale de la Famille.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF