Oui c’est oui, Non c’est non !

mercredi 9 février 2011
par  Bernard LE NEEL
popularité : 2%

Comme l’exprime le dicton breton (traduit) « dire il fait, mais faire il ne fait pas » !

Autrement dit l’extérieur doit refléter l’intérieur, un appel à la cohérence. Le bon sens, généralement bien partagé, ne s’y trompe pas : on sent très bien ce qui colle et ce qui est artificiel. Ce qui choque c’est ce qui n’est pas en adéquation avec ce qu’on professe.

Le philosophe Mounier a eu une jolie formule disant que « la morale est la logique de la personne ».

Dans le fameux « Sermon sur la montagne » Mt 5, dont on se plaît à retenir surtout les Béatitudes, Jésus nous donne une leçon de logique. L’Evangile est certes une innovation, mais il puise ses racines et coule de source dans L’Ancien Testament. Trop simple et donc réducteur de ramener l’Ancien Testament à un ensemble de prescriptions ritualistes, le Nouveau apparaissant comme plus intimiste. Au Judaïsme la Loi, au Christianisme l’Amour ?

Jésus ne rejette pas l’Ancienne Alliance et l’apport religieux juif, il vient, comme on le voit dans l’évangile du 13 février, dépasser, parachever l’héritage mosaïque.

C’est une tendance humaine inévitable que toute « invention », avec le temps, se sclérose ou dévie de son impulsion originelle.

Les Tables de la Loi étaient gravées sur de la pierre, les prescriptions évangéliques sont gravées dans le cœur. Jésus va plus loin, en fait au fond des choses : « tu ne commettras pas de meurtre » ce qui est déjà une bonne chose, mais finalement pas trop difficile à réaliser ;

Jésus renchérit « tu ne te mettras pas en colère ». « tu ne commettras pas d’adultère » était-il dit, eh bien désormais « tout homme qui regarde une femme et la désire, a déjà commis l’adultère ». Un grand pas est franchi, la morale percute ! « on ne joue plus dans la même cour ».

En fait Jésus a un grand respect de l’homme ( dont il est dit qu’il est créé à l’image de Dieu) une grande idée sur l’homme car il lui propose une attitude logique.

Logique de la personne : la morale, l’éthique, découle de la nature humaine, mais avec la Grâce, car humainement c’est impossible. L’idéal évangélique nous semble en haute altitude, mais étant sauvés en Christ, c’est possible, à condition d’en accepter les moyens. C’est une invitation à la cohérence : un ajustement de ce que nous vivons par rapport à ce que nous professons.

Que votre « Oui soit oui, que votre non soit non » !

Dame, bien sûr !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF