L’Evangile du dimanche 26 juin 2016

par  Jean-Marie RABAIN
popularité : 2%

13e dimanche du T.O.
1 R 19,16-21. / Ps 16(15), 1-2.5.7-8.9-10.11. / Ga 5,1.13-18. / Lc 9,51-62.
Jésus appelle.
L’appel traverse les textes de ce jour et intervient au cœur des activités ordinaires. Lorsque l’appel se fait entendre, Élisée et Jésus nous apprennent qu’il faut tout laisser pour l’annonce de la Bonne Nouvelle. C’est vrai pour des vocations exceptionnelles, mais chacun de nous est aussi appelé à une nouveauté de vie absolue.
L’appel de Paul nous met en garde contre le mauvais usage de notre liberté, acquise par le Christ. Exercée sans contrôle, guidée par la faiblesse humaine (la chair), elle conduit aux désirs égoïstes. Paul nous indique alors deux voies possibles : celle de l’amour au service d’autrui, qui conduit à la vie ; celle de l’égoïsme, qui conduit à la destruction. La lutte qui se joue dans notre cœur entre ces deux voies se gagne avec l’aide de l’Esprit qui nous ouvre à la véritable liberté. Quant à Jésus, il nous enseigne que l’on ne peut être utile pour le Royaume de Dieu que si on regarde en avant : L’avenir à construire est devant nous. Il n’ignore pas que le passé peut empêcher d’envisager normalement le futur. C’est pourquoi il proclame très fermement le pardon de tous les péchés. Dieu se charge de notre passé pour nous permettre d’avancer, et nous appelle à construire l’avenir par des œuvres porteuses de vie.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,51-62

Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem.
Il envoya, en avant de lui, des messagers ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue.
Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? »
Mais Jésus, se retournant, les réprimanda.
Puis ils partirent pour un autre village.
En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. »
Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »
Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. »
Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. »
Jésus lui répondit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »


Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF